[eBook] Tout le monde est infidèle

Résumé

Je me suis bien amusé, Françoise aussi. Elle n´avait exigé que d´être elle-même. Elle n´a pas fait étalage de sa culture. Elle a été sobre, inattendue, drôle. J´ai été son premier spectateur, gâté par cette représentation et privilégié de quelques propos mais, comme toujours, c´est la fin qui est terrible : pourquoi va-t-on lui reprendre brutalement sans avertir ce qu´elle a mis des années à gagner ? Elle n´a pas signalé aux grands de ce monde qu´elle n´était pas contente. Mais, même pour ça, elle trouve le mot pour rire : « Parce que je trouve strictement dégoûtant de mourir un jour. Ça me dégoûte, l´idée que je vais mourir un jour, que les gens que j´aime vont mourir un jour. Je trouve ça infect, sincèrement, je ne trouve pas ça bien. Ce n´est pas convenable. On vous met sur la terre avec une machine à penser qui est votre cerveau. On vous donne plein de cadeaux qui sont la vie, les arbres, le soleil, les printemps, les automnes, les autres, les enfants, les chiens, les chats, tout ce que vous voulez... Et après, on vous dit... On sait qu´un jour on va vous enlever tout ça... C´est pas gentil, c´est pas bien, c´est pas honnête. (Rires.) Si vous voulez mon avis, mon désespoir vient de ça en grande partie, enfin, quand j´en ai... Et puis c´est tout. » A. H. (extrait de la préface)

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN

    9782749118994

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    37 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    1 430 Ko

  • Distributeur

    Editis

Françoise Sagan

Issue d'une famille de la grande bourgeoisie, Françoise Quoirez, dite Sagan, passe une enfance épargnée par les pénuries de la Seconde Guerre mondiale. Les années défilent et le triomphe se profile grâce à son roman 'Bonjour tristesse', écrit à l'âge de dix-huit ans. Bien que le public et la critique soient séduits, cette oeuvre suscite la polémique. Traitant du désir sexuel d'un point de vue féminin, les remarques le concernant sont quelque peu acerbes. Françoise Sagan adopte par la suite un style de vie des plus décalés, tant sur le plan de l'avoir que de l'être. Ses oeuvres s'en inspirent et mettent en exergue l'ennui et la fuite dans l'alcool. Elle incarne une insolence et une fraîcheur qui ne peuvent que choquer les étouffantes années 1950. Tentée par la scène, elle s'essaye à quelques pièces de théâtre : 'Château en Suède', 'la Robe mauve de Valentine', 'L' Excès contraire'... Malgré le succès de ses oeuvres, elle ne reçoit que peu de prix littéraires, mais se voit tout de même décerné en 1985 le prix Monaco, qui vient saluer l'ensemble de son oeuvre. Si l'on peut toujours discuter de sa véritable place dans le panthéon littéraire, Françoise Sagan était avant tout un être vrai et libre. Elle restera dans l'histoire comme un personnage, sans doute plus important que ses livres, un mythe dont la notoriété dépasse les frontières de l'Hexagone, le totem d'une époque faite de liberté et d'insouciance.

empty