Langue française

  • 1945. Un homme sort de Dachau. Il y a été emprisonné pour ses articles d'opposition au Troisième Reich qui vient de s'effondrer. Dans le désastre physique et moral de l'Allemagne vaincue, il part à la recherche de son fils, dont il ne sait plus rien depuis qu'il l'a inscrit aux Jeunesses hitlériennes avant d'être emprisonné. Il retourne dans sa ville natale. Les habitants sont énigmatiques, fuyants : une femme élude ses questions ; un soldat américain venu enquêter sur un mystérieux programme « Aktion T4 » des nazis garde des informations secrètes. C'est alors que l'homme entend des rumeurs au sujet de l'hôpital d'Hadamar. Il s'y rend, décidé à retrouver son fils, quel que soit le prix de sa quête.

  • Amsterdam, 1642. Maîtresse d'un peintre célèbre, Margot Von Hauser découvre dans son atelier une fascinante gravure. Qui est cette obsédante Femme-écrevisse à corps humain et à tête de crustacé  ?
    Berlin, 1920. Ferdinand Von Hauser rompt avec sa famille pour devenir acteur de cinéma. De film en film, il découvre qu'en lui sommeille un incontrôlable délire. Et à l'image de cette Femme-écrevisse qu'enfant, il adulait, sa personnalité semble se diviser.
    Paris, 1999. Grégoire Von Hauser se croit libre de quitter son pays, d'aimer une inconnue, de choisir sa vie. C'est ignorer les ordres mystérieux de la Femme-écrevisse qui se transmet dans sa famille depuis des générations. Avec lui, un désordre fatal surgit.
     
    Puissant, évocateur, troublant, La femme-écrevisse est le roman de l'éternelle folie des coeurs sensibles dans une société éternellement impitoyable.

  • Elle avait tout pour être heureuse. Jeune, ravissante, talentueuse. Une famille idéale, un mari beau et célèbre, Ted Hughes, deux enfants charmants, et un don d'écriture que la critique acclamait. Et pourtant, Sylvia Plath, le 11 février 1963, à l'âge de trente ans, a mis fin à ses jours. Et ni le roman autobiographique qu'elle avait publié, La Cloche de détresse, devenu un livre culte, ni ses poèmes douloureux et intimes, n'ont suffi à élucider l'énigme absolue qu'elle posait à ses contemporains et à ses propres yeux.
    Dans ce premier roman inspiré, Oriane Jeancourt Galigani traque cet ultime secret grâce à une confession imaginaire de l'écrivain, émaillée de ses plus belles images. Bien au-delà de l'égérie emblématique créée par les féministes d'outre-Atlantique, l'auteur dessine une figure singulière, bouleversante d'humanité et de contradictions - le portrait tout en clair-obscur d'une femme inoubliable.

  • Dans une petite ville du Texas, une jeune enseignante, mère de trois enfants, attend en silence le verdict de son procès.Qu'a-t-elle fait pour être traînée en justice, et risquer cinq ans de prison ferme ?Elle a entretenu des rapports sexuels avec quatre de ses élèves, tous majeurs. Un crime passible d'emprisonnement au Texas, depuis 2003.Mais pourquoi l'accusée, Deborah Aunus, s'obstine-t-elle à se taire ? Pourquoi son mari, combattant en Afghanistan, se montre-t-il si compréhensif ? Pourquoi les déclarations de sa mère l'accablent-elles ? Au fil d'un récit implacable, écrit d'une pointe sèche et précise, Oriane Jeancourt Galignani tient le journal de cet ahurissant procès où la vie privée d'une femme est livrée en pâture à la vindicte populaire, et sa liberté sexuelle pointée comme l'ennemie d'une société ultra puritaine. Construit à partir d'un fait divers qui a bouleversé l'Amérique, ce huis-clos haletant donne lieu à un roman aussi cru que dérangeant.

empty