Langue française

  • En 1854, Napoléon III importe le modèle londonien de police dans la capitale française. La police de contact, visible et quotidienne (on dirait aujourd'hui de « proximité ») s'impose alors pour longtemps dans l'espace parisien. En jouant sur les échelles et les angles d'observation, ...

  • Alors que la France vient de connaître quatre régimes différents en un demi-siècle, la révolution de 1848 semble rouvrir le temps des remous et des hésitations. Et pourtant, de l'éphémère Deuxième République au Second Empire et jusqu'à la Commune de Paris, c'est bien l'expérience démocratique qui fait ses armes. Balbutiante, encore fragile, la démocratie parlementaire s'impose ainsi définitivement à l'issue de la guerre franco-prussienne de 1871 ? clôturant près d'un siècle de bouleversements politiques.
    Rien d'évident, pourtant, dans cette victoire a posteriori. Derrière les événements politiques, cet ouvrage retrace les avancées et les reculs, les intuitions fulgurantes de l'avenir comme les ultimes lueurs du passé, et brosse l'ample tableau d'une France résolument engagée dans son siècle : du suffrage universel aux libertés publiques, des grands travaux urbains à l'essor du monde ouvrier, de l'expansion coloniale au soutien apporté au printemps des peuples, s'impose une « modernité » aux multiples visages, parfois contradictoires.
    Bien plus, retraçant l'histoire nationale à l'aune des événements européens, Quentin Deluermoz met au jour un « esprit du siècle » propre à la France. Encore indicible, presque imperceptible, quelque chose de neuf, qui transformera durablement le pays, est en train de prendre, tandis que l'ombre de la Révolution française jette ses derniers feux.

  • Et si l'histoire, ou la vie, avait suivi un autre cours ? Ce que l'on appelle le raisonnement contrefactuel surgit spontanément dans les conversations pour nourrir des hypothèses sur les potentialités du passé et les futurs non advenus. Il traverse la littérature, les réflexions politiques et toutes sortes de divertissements. Que serait-il advenu si le nez de Cléopâtre avait été plus court ? Si Napoléon avait remporté la bataille de Waterloo ? Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou prennent la question à bras le corps. Ils mènent l'enquête au sein d'une vaste littérature pour saisir la diversité des usages de l'analyse contrefactuelle - des fictions uchroniques les plus loufoques aux hypothèses les plus sérieuses. Ils s'attachent à cerner précisément les conditions d'un usage légitime et pertinent pour les sciences sociales, repensant les enjeux de la causalité et de la vérité, des rapports entre histoire et fiction, entre déterminisme et contingence. L'enquête dévoile peu à peu la richesse d'un travail sur les possibles du passé, et ouvre sur des expérimentations dans le domaine de la recherche comme de l'enseignement. Une réflexion ambitieuse et novatrice sur l'écriture de l'histoire, sa définition et sa mise en partage. Maître de conférences à l'université Paris 13 (laboratoire Pleiade), chercheur associé au CRH (EHESS) et membre de l'Institut Universitaire de France, Quentin Deluermoz travaille sur l'histoire sociale et culturelle des ordres et des désordres au XIXe siècle (France, Europe). Il a publié au Seuil, dans la série « La France contemporaine », Le Crépuscule des révolutions, 1848-1871 (2012 ; « Points Histoire », 2014). Professeur d'histoire contemporaine à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, chercheur à l'UMR SIRICE et membre de l'Institut Universitaire de France, Pierre Singaravélou a publié de nombreux ouvrages sur l'histoire du fait colonial aux XIXe et XXe siècles, et édité au Seuil Les Empires coloniaux, XIXe-XXe siècle (« Points Histoire », 2013). Il dirige les Publications de la Sorbonne et le Centre d'histoire de l'Asie contemporaine.

  • Tout au long du xixe siècle, la France a vécu au rythme des insurrections. Qu'elles aient été transformées en révolutions ou qu'elles aient été éteintes, réprimées, trahies, les insurrections ont modelé le rapport à l'histoire en train de s'écrire. Ce livre se propose de reprendre à nouveaux frais une double question dont les enjeux sont profonds : ce que l'insurrection, temps d'ouverture des possibles, espérés ou craints, fait à l'écriture et à la littérature ; ce que la littérature, ses auteurs, ses topiques, fait dans le temps insurrectionnel. Comment les moments insurrectionnels ont-ils redéfini la fonction et le statut d'écrivains comme Jules Vallès, Eugène Sue et Louise Michel, d'un genre comme les mémoires de protagonistes de l'insurrection, d'un médium comme le journal ? Comment les discours littéraire et historien travaillent-ils l'insurrection, au moyen de quelles mises en intrigue, de quelles mises en forme particulières et avec quelle efficacité ? Quelles rencontres peut-on observer, par exemple, entre le Dumas des journaux de 1848, le Hugo des Misérables et le Michelet de l'Histoire de la Révolution française ? Quel sens, enfin, donner aux prises d'écriture anonymes, par lesquelles les acteurs tentent de s'inscrire dans l'histoire ? Historiens et littéraires, à parts égales, ont été invités à répondre à ces questions. Partant de cas d'études qui empruntent tant à la Grande révolution de 1789-1794 qu'aux insurrections de 1848 et à la Commune de Paris, les articles qui composent cet ouvrage montrent qu'il existe bien à cette époque un lien fort entre littérature et insurrection qui doit être repensé.

  • Le discours sur le métissage est à la mode, mais qu´entendre réellement par là ? L´ouvrage examine la généalogie de ce concept, il s´attarde sur sa polysémie et ses limites en étudiant son usage dans de nombreux domaines : le corps, la littérature, la religion, etc. Les contributions portent sur les dimensions culturelle, territoriale et politique (identitaire) de cette notion, dans de nombreux pays et à des époques très différentes. Au-delà, elles montrent comment considérer le métissage comme un concept opératoire en sciences sociales.

empty