Littérature traduite

  • Qu'en est-il de l'économie dans les sociétés primitives ? À cette question fondamentale, l'anthropologie économique répond classiquement : l'économie archaïque est une économie de subsistance et de pauvreté, elle parvient au mieux à assurer la survie du groupe incapable de sortir du sous-développement technique et sans cesse guetté par la famine.

    Travestissement théorique et idéologique des faits, réplique ici tranquillement un anthropologue et économiste américain de réputation internationale dans un ouvrage devenu très vite un classique contemporain. Passant des chasseurs australiens et bochimans aux sociétés néolithiques d'agriculteurs primitifs telles qu'on pouvait encore les observer en Afrique ou en Mélanésie, au Viêt Nam ou en Amérique du Sud, relisant sans parti pris les textes connus et y ajoutant des données chiffrées, Marshall Sahlins affirme que non seulement l'économie primitive n'est pas une économie de misère, mais qu'elle est la première et jusqu'à présent la seule société d'abondance.

    L'homme primitif ne rentabilise pas son activité, non pas du fait qu'il ne sait pas le faire, mais parce qu'il n'en a pas envie. À partir de cette remise sur pied, tout le dossier de la question de l'origine de l'État et des stratifications sociales a été repris et débattu.

  • La domination du monde par l'Europe du XIXe siècle est chose bien établie. Mais pourquoi et comment ce petit bout de péninsule eurasiatique démuni de ressources naturelles a-t-il pu assurer sa première expansion et affirmer en trois siècles, de 1500 à 1800, sa mainmise sur le tiers de la planète ? Avant sa révolution industrielle, le nerf de l'essor occidental a été sa révolution militaire.

    De cette révolution militaire, Geoffrey Parker rappelle l'importance, analyse les données et pèse le poids respectif de tous les éléments, techniques, stratégiques, tactiques, politiques et mentaux. Au moment où l'expansion rapide des armes à feu transforme le style des opérations offensives et défensives, où se développe l'art des fortifications, où les armées décuplent leurs effectifs et où s'aggravent les répercussions sociales des combats, où les États s'organisent en fonction de la guerre, règlent leurs conflits autant sur mer que sur terre et projettent leurs rivalités sur les autres continents.
    La vraie question sur laquelle débouche ce savant survol n'est pas tant de comprendre pourquoi furent ainsi vaincus les Amérindiens au XVIe siècle, les Indonésiens au XVIIe, les Indiens et les Africains au XVIIIe, mais pourquoi seuls la Corée, la Chine et le Japon purent tenir jusqu'à ce que le vapeur cuirassé et le canon à tir rapide viennent à bout de l'Est asiatique.

empty