• Aurelio Picca est un amoureux de Rome, mais la Rome qu'il aime n'a rien à voir avec celles des guides de voyage et du tourisme de masse : c'est la Rome des bas-fonds, celle où les garçons des rues côtoient les prostituées dans des bars louches, où les malfrats disparaissent dans les ruelles, où les conflits se règlent parfois en assassinats aux yeux de tous.
    Aurelio Picca arpente sa ville et voyage dans ses souvenirs : on lira dans L'Arsenal de Rome détruite le récit de nuits passées dans le quartier de l'EUR, le portrait de quelques criminels qu'il a croisés et avec qui, parfois, il est devenu ami. C'est un ouvrage fourmillant d'anecdotes où se découvre l'envers de la Ville éternelle : une cité brinquebalante, à la fois maîtresse et amante, lumineuse et sale. L'auteur y démontre qu'il a bien mérité son surnom de « Henry Miller des Castelli Romani ».

  • Le code de conduite du parfait homme de cour est au coeur des conversations de gentilshommes lettrés à la cour d'Urbino. Traduit dès le XVIesiècle dans toute l'Europe, ce manuel de bonnes manières a marqué la culture occidentale. Or, le présent volume s'attache au livre III, le plus original et le plus délicieusement digressif. Cinq hommes et, fait exceptionnel, deux femmes, dont la duchesse d'Urbino, participent à la joute verbale. Le sujet se révèle épineux : les usages qu'une dame de palais se doit d'observer. Tous se disputent in fine sur les mérites prêtés à la femme en général. Quand les misogynes s'opposent aux défenseurs de la gent féminine, l'un prône une égalité entre l'homme et la femme. Mais le champion de ces dames ne s'en forgerait-il pas une image conforme à ses désirs ?

    L'écrivain Baldassare Castiglione (1478-1529) fut ambassadeur auprès de Louis XII puis de Léon X. Il se lia d'amitié avec Raphaël et rencontra les personnalités réunies autour de la duchesse Élisabeth de Gonzague et sa belle-soeur Emilia Pia : Pietro Bembo, Julien de Médicis, Ottaviano, Federigo Fregoso et autres lettrés qui figureront dans sa grande oeuvre Il Cortegiano, parue en 1528. Après la mort de sa femme en 1520, il entre dans le clergé et gagne la cour de Charles-Quint. Il meurt à Tolède.

  • Ce mercredi 21 avril, nous étions trois. Mes deux amis et moi sur la terrasse de mon immeuble, la seule tour de la cité.
    L'accès était strictement interdit. Pourtant, on montait souvent tout là-haut. C'était magnifique, la ville n'était plus la même, le monde devenait gigantesque.
    Ce jour-là, si j'avais été seul, je n'aurais pas fait la même chose. À une demi-seconde près, il ne se serait rien passé. J'y pense sans cesse. À ce qui est arrivé. J'aimerais me confier à quelqu'un, tout raconter. Mais qui pourra comprendre sans juger ?

  • Théâtre complet

    Eschyle

    Sept rois marchent sur Thèbes pendant que dans la ville on se prépare pour une guerre que l'on croit perdue d'avance (Les Sept contre Thèbes). Les cinquante filles de Danaos demandent refuge et protection au roi d'Argos (Les Suppliantes). Oreste venge son père Agamemnon, tué par sa mère Clytemnestre (L'Orestie)... Guerre, vengeance, coups du destin : tels sont les tourments que dépeignent les sept tragédies d'Eschyle qui sont parvenues jusqu'aujourd'hui. Celui qui est le plus ancien des tragiques que nous connaissions, pourtant, en avait écrit au moins quatre-vingts.
    Son théâtre est un tableau lucide des sentiments d'hommes que la fatalité met à l'épreuve. Rachetant la noirceur du coeur humain, la justice et la morale se révèlent ici, comme nulle part ailleurs, au fondement de la vie de la cité.

  • " La vision de Hao Jingfang est à la fois sensible et grandiose, rigoureuse et délicate, une étude compatissante de la fragilité humaine face au progrès implacable. Sans perdre la foi en la suprématie de la Raison, ses histoires nous rappellent que la seule chose qui changera le monde est la Passion. " - Ken Liu

    Le futur tel que vous ne l'avez jamais lu. À travers douze nouvelles d'une rare sensibilité, Hao Jingfang explore l'humain face à un avenir incertain.
    L'insondable profondeur de la solitude, c'est celle de l'individu confronté à la marche inéluctable du temps et de la civilisation, de l'évolution et de la technique, de l'aliénation et du pouvoir. Sa fragilité et sa détresse, ses désirs et son besoin de résistance, ce sont les nôtres, nous les partageons universellement, et Hao Jingfang les éclaire d'une plume délicate et compatissante.

  • Lila s'envole pour Tokyo avec dans son sac une urne contenant les cendres de son frère Krimo qu'elle transporte clandestinement, bravant divers interdits. Si elle entreprend ce long voyage, c'est pour respecter les ultimes volontés de ce dernier, tué alors qu'il tentait d'échapper à la police, une nuit à Grigny. Mais Krimo n'était pas un délinquant, il essayait seulement d'aider leur aîné à tous les deux, Redouane, accusé d'avoir trempé dans une sale affaire de drogue et incarcéré depuis. Heureusement, dans son périple Lila peut compter sur les conseils d'Adel, qu'elle a rencontré à l'aéroport, un jeune génie aussi maladroit qu'attachant, par ailleurs grand spécialiste du Japon et de sa culture. Réussiront-ils à échapper à la mystérieuse silhouette qui les traque depuis leur départ de Paris ?

  • A Scarborough, on descend au bord de la rivière Rouge boire des bières, on rêve d'Aisha, la fille la plus intelligente du lycée, le genre qui a un avenir, on tombe amoureux. On rencontre des gangs rivaux, on se jauge, on se bat; ou alors, on se retrouve chez Desirea's, à la fois salon de coiffure et boîte de nuit.

    Michael et Francis, deux frères adolescents, mènent dans cette banlieue de Toronto une existence rythmée par les descentes de flics et le racisme ambiant. Ils n'ont jamais connu leur père et leur mère travaille nuit et jour pour leur donner une chance.

    Les deux frères tiennent le coup grâce à l'amour maternel et en s'accrochant à leurs rêves d'avenir: le hip-hop pour Francis, Aisha pour Michael. Mais leurs espoirs volent en éclat lorsqu'une fusillade éclate, un jour d'été 1991.

    Né en 1969, David Chariandy a grandi à Scarborough, une banlieue difficile de Toronto - celle où se déroule son roman 33 tours. Il vit aujourd'hui à Vancouver, où il enseigne à la Simon Fraser University. Son premier roman, Soucougnant, (Zoé, 2012), l'a consacré parmi les principaux auteurs canadiens contemporains. Chariandy puise son inspiration au sein de la diaspora caribéenne au Canada et traite de son intégration à la culture locale.

  • Cet essai est né d'une rencontre avec des chefs indiens d'Amazonie. Que pensons-nous qu'ils ne pensent pas ? Que savent-ils que nous ignorons ? La science nous sauvera-t-elle, et son progrès n'est-il qu'heureux ? Ou bien est-elle devenue la cause de toutes sortes de méfaits ? Ces questions suscitent des débats d'autant plus vifs que les « accidents » se multiplient (nucléaire, dérèglement climatique, vache folle...). Pour Étienne Klein, c'est la question même du projet politique de la cité qui se trouve là posée.
    Galilée et Descartes sont ceux qui ont préparé l'avènement de la science moderne. Mais en mathématisant la nature, la science a instauré une hiérarchie que seul l'Occident reconnaît, avec l'homme en haut de l'échelle, et, réduits au rang d'entités utilitaires, les plantes, les arbres, les animaux...
    Cette conception a rendu possible l'exploitation de la nature. En un demi-siècle à peine, nous sommes passés d'un régime où science et technique étaient liées par de complexes rapports à l'empire d'une vaste technoscience, qui vise la seule efficacité. Cette efficacité n'est-elle pas en train de se retourner contre nous ? Allons-nous liquider la science au motif d'un mauvais usage du monde ?

  • Dernier ouvrage de l'un des plus grand historien du XXe siècle, Le Bourgeois de Paris au Moyen Âge revient sur les hommes - commerçants, boutiquiers, artisans, gens de finance, praticiens du droit, collaborateurs de l'administration royale, officiers de justices diverses, attachés aux institutions d'Église - qui, aux côtés du roi, ont fait de Paris la première ville d'Europe. Sous la plume de Jean Favier, détails pittoresques et anecdotes savoureuses émaillent le récit de la vie d'une population qui n'a pas sa pareille dans la France du Moyen Âge. Et à travers la question de la notabilité bourgeoise, il traverse l'ensemble de l'histoire médiévale de la cité parisienne. « Le Paris médiéval, de l'aube ou du soleil couchant, respire et s'active sous nos yeux. Et Jean Favier en est le guide ardent. » Télérama

  • Sa mère l'a baptisée Crane, prénom sioux qui désigne la grue, le grand oiseau migrateur. Et comme, auparavant, cette même mère avait tenté de se débarrasser d"elle, Crane est née défigurée, chétive et bigleuse. Son histoire commence dans un trou perdu de l'Iowa dans les années 1950. Avec pour parents, un trio minable, qui s"est constitué sur le circuit des prêcheurs itinérants : Big Duck, faux prêcheur et escroc, père fictif de Crane et de son demi-frère ; Tit, superbe femelle qui les a engendrés ; Flat, mère d'une fille dont Big Duck est vraiment le père ! La maisonnée vit dans la crasse et l"indigence, les trois enfants, non scolarisés, sont livrés à eux-mêmes et sous-alimentés en permanence. Leur unique distraction est le passage du train de 21 h 49 à quelques centaines de mètres de chez eux ; et le reste du temps, la contemplation des champs de maïs qui s'étendent à perte de vue. Jusqu'au jour où déboulent pelleteuses et excavatrices : la modernité est en marche, le trou perdu va devenir une cité lacustre. Crane, rebelle et miraculeusement surdouée, est alors projetée dans une nouvelle vie qui la sauvera de la misère, mais la plongera aussi dans le mensonge et la solitude. Rien de sordide dans cette histoire puissante. La plume nerveuse de Lucia Nevaï transforme l'étendue monotone des champs de maïs en un paysage lunaire ; de situations désespérées et de personnages horrifiants, elle pointe le saugrenu ; de l'abjection, elle fait naître l'attachement et la tendresse.

  • C'est en observant des photos de voyage que Laurence et Sarah découvrent deux clichés laissant entrevoir des monuments recouverts d'or et envahis par la végétation. Selon Christine, la tante archéologue de Laurence, il s'agit de l'Eldorado, une cité inca mythique jamais découverte. Intriguées, nos deux complices s'envolent pour l'Amérique du Sud et se lancent, grâce aux indices transmis par un mystérieux inconnu, dans une course au trésor hors du commun. Elles marcheront sur les traces des grands aventuriers qui ont eux aussi tenté de percer l'énigme de la cité perdue. Réussiront-elles à suivre la bonne piste et ainsi localiser la contrée la plus secrète de l'histoire de l'humanité ?

    Attirée par l'écriture dès son plus jeune âge, Mélissa Lafrenière publie son premier roman à 12 ans. Maintenant bachelière en histoire et passionnée de voyages, elle désire transmettre aux jeunes son amour des livres et sa fascination pour les mystères. Le dernier volet de cette série teintée d'humour transporte encore une fois ses lectrices au coeur d'un voyage fascinant !

  • Lydia de Grandmaison participe à la réactivation du Diamant Émeraude dans les eaux sacrées de la mer, en compagnie de Dame-Soleil qui en est l'instigatrice. Des Amérindiens ainsi que des Mayas s'unissent à elles afin que cet événement ouvre une porte au transfert de l'énergie Émeraude ainsi qu'à l'ouverture des consciences de l'humanité afin d'entrer en contact avec les peuples de l'eau.

    Le porte-parole de la Cité intramarine, Jaya, sonde l'esprit de Lydia afin qu'elle et Wakiza s'allient à son peuple et, par le fait même, aident au nettoyage de la planète. Son peuple désire ardemment faire alliance avec les humains pour partager leurs connaissances et les aider dans le processus du nettoyage des eaux.

    En plus de Dame-Soleil, de Lydia et de Wakiza, une quatrième personne se joint à eux. Lydia rencontre Jeanne lors de ses vacances au bord de la mer et une amitié s'ensuit. Elles suivent le mouvement de la Vie et Jeanne évolue rapidement pour faire son entrée en tant qu'artisane du Nouveau Monde Planétaire.

    Chacun à leur façon, par leur force, par leur Amour et par leur lumière, ils accompagnent les peuples de l'eau de la Cité intramarine, les peuples des Cités intraterrestres, les Êtres des vaisseaux de lumière, les Gardiens de la Terre et l'âme même de la planète pour oeuvrer à leur propre évolution et à la libération des forces involutives sur la planète.

  • Un magnifique livre qui oeuvre pour l'ouverture des consciences. Suivez les aventures du quatuor regroupant Dame-Soleil, Wakiza, Lydia et Jeanne à travers leur quête. En parcourant les villages, chacun apporte sa lumière pour aider la cause commune de l'alliance des Artisans du Nouveau Monde Planétaire comme passeurs d'âmes, guerriers de lumière, guérisseurs et enseignants. Ils vivent ces expériences individuellement ou en groupe avec tout leur Amour. La rivière cristalline est le lieu de prédilection pour se rencontrer et faire le point. Ambassadeurs ou le devenant, à l'occasion, ils se rendent à la Cité de lumière de Shamballa pour participer à des conclaves. Ils sont ainsi à l'affut des dernières informations concernant le développement du Nouveau Monde Planétaire. Par la suite, suivant leur parcours, ils agissent pour le mieux afin de participer à la création du Nouveau Monde. Tout en évoluant, ils continuent d'élever leur fréquence d'Amour, de faire rayonner leur lumière, de vivre la Joie pour cocréer avec le Tout. Ainsi, ils aident automatiquement l'humanité à ouvrir leur conscience. Voilà ce qu'un Artisan du Nouveau Monde doit savoir avant toute chose.

  • Vous aussi, vous tous, vous pouvez vous éveiller à devenir un élément essentiel dans la vie d'autrui, à devenir le point tournant pour autrui - ne fusse que d'une seule personne qui soit l'objet de vos paroles considérées à un certain moment important, essentiel dans sa vie et dont les répercussions positives se propageront à travers toute l'éternité. Ce sera votre récompense - le plus grand prix. Des temps difficiles sont à l'horizon une fois de plus sur notre planète flétrie. Soyez un élément essentiel pour ceux qui en ont besoin, et vous regarderez en arrière avec une fierté méritée. « Le plus grand bien de tous est le dessein de ma vie. » Daniel Vallat

  • Le 4 Juillet 1997, la sonde Mars Pathfinder déposa Sojourner, premier rover d'exploration martienne, dans la région Ares Vallis. Une des premières prises de vue transmise par Pathfinder s'intitule 8642_PIA01120. Un cliché sur lequel apparaissent les collines Twin Peaks. Jusqu'ici rien d'exceptionnel, du moins à première vue, car un simple réglage de contraste révèle à l'horizon ce qui semble être une cité, qui si elle est bien réelle, n'aurait rien à envier aux mégapoles construites sur Terre.
    Une découverte récente via Google Earth en mode Mars, en deuxième partie, appuie l'hypothèse de villes martiennes. Mise à part que cette fois la ville en question semble avoir subi un cataclysme, voire une apocalypse nucléaire.
    Le présent ouvrage tente d'y apporter une réponse visuelle. Pour ce faire, il se constitue essentiellement d'images couleurs.

  • LES ARCANES DE MARS : TANKS

    André.AS

    • Bookelis
    • 6 Décembre 2018

    Série de petits ouvrages visuels couleurs qui lèvent le voile sur les arcanes de Mars.
    La prise de vue du rover Opportunity qui s'intitule « PHOTOJOURNAL » PIA19820 a été postée sur le site de la NASA le 25 septembre 2015. Il s'agit du panorama Hinners Point.
    Le lieu se situe à Marathon Valley, au bord ouest du cratère Endeavour et ce qu'il nous révèle est d'autant plus incroyable, qu'il se trouve conforté par d'autres prises de vue venant cette fois du rover Curiosity.
    En fait, ces découvertes, si elles sont réelles, convergent vers une éventuelle implication de blindés militaires sur Mars.
    La possibilité que nous voyions les vestiges d'un conflit armé issu d'un programme spatial secret est telle, que le présent ouvrage tente d'y apporter, si ce n'est une réponse claire, du moins visuelle. Pour ce faire, comme toujours, il se constitue essentiellement d'images couleurs.

    Série de petits ouvrages visuels qui lèvent le voile sur « LES ARCANES DE MARS »

  • Le métis Joachim O'Bomsawin devient directeur des travaux publics à L'Avenir, une cité-État qui ne roule pas sur l'or et qui doit faire face à des cohortes de réfugiés provenant des Zones tribales du sud profond. Très tôt, O'Bom doit cumuler d'autres postes vacants comme celui de chef de police par intérim puisque le tenant en titre est mort dans des circonstances inquiétantes.

    C'est l'été. O'Bom doit se rendre dans le quartier du Bec-du-Canard, car un de ses hommes, Redmond, manque à l'appel : il a été tué dans la riche propriété de l'artiste Ferréolle Husk. Pas de traces d'effraction, pas de vol, pas de mobile, pas d'indices. Deux fillettes ont cependant aperçu une femme en bikini, un bonnet sur la tête, remonter le fleuve Saint-François en kayak, à l'heure du crime.

    En outre, la responsable des archives et des objets perdus retrouve un vieux rapport qui jetterait un peu de lumière sur un double meurtre survenu voilà une quarantaine d'années. Ces victimes, qu'on a torturées avant de mettre le feu à la maison, sont les parents de la
    gouverneure Boisvert.

    La finale réserve de mauvaises surprises quand O'Bom et son adjointe N'guyen se rendent au fameux cimetière abénakis, là où transite la drogue. O'Bom est blessé et N'guyen doit assurer la relève au pied levé. La table est mise pour que bientôt déferle la cinquième saison. La folle saison.

    Qui ne parlait pas comme les autres est un roman à forte teneur sociale : la révolte gronde dans le ghetto et des luttes de pouvoir déchirent les cités-États. Servi par une bonne dose d'humour involontaire, ce roman met en scène des personnages attachants. Tous les ingrédients se trouvent réunis pour faire de ce roman hybride un thriller dont on se souviendra longtemps.

  • Les causes de la stagnation et du déclin de l'économie montréalaise étant identifiées, que faire? Voilà la question qui motive ce livre. On y présente cinq grands défis auxquels fait face la métropole: le déclin; le recyclage des zones industrielles; la mobilité des biens et des personnes; l'équilibre écologique et le développement durable; et, enfin, la diversité ethnique, culturelle et linguistique. Devra-t-on pour relever ces défis affirmer la spécificité de l'île de Montréal à travers la définition d'un statut politique, économique et linguistique particulier ou plutôt miser sur l'ensemble de la région métropolitaine ou encore élargir la question au contexte interrégional québécois?

  • Après avoir quitté leur manoir en ruine et traversé l'Allemagne à pied d'est en ouest, Else et ses quatre enfants sont enfin arrivés à Düsseldorf. Magnus, le frère de son mari, consent à les accueillir, mais n'a d'autre choix que de les abriter dans son sous-sol humide et inconfortable. Comme Else ne veut pas être à sa charge, elle accepte un poste de serveuse dans un restaurant, puis est engagée par les Forces britanniques comme traductrice.

    Alors que la reconstruction de l'Allemagne de l'Ouest s'amorce grâce au Plan Marshall, la veuve de Johan Von Steiner agrandit le cercle de ses amis et connaissances, même si elle tente de cacher du mieux qu'elle le peut ses origines aristocratiques. Et quand un nouvel emploi se présente, cette fois dans des bureaux diplomatiques étasuniens, Else rencontre un homme dont elle tombe amoureuse. Mais à nouveau, le destin s'acharne sur elle, le malheur l'accable. Saura-t-elle une fois encore faire preuve de résilience, qualité essentielle en ces temps difficiles où rien n'est acquis?

    Ce second et dernier tome de la nouvelle série de Janine Tessier nous ramène au coeur du conflit le plus meurtrier de l'histoire, avec ses difficultés, ses horreurs et surtout, ses incalculables séquelles.

  • Berlin, 1942.

    Le baron Johann von Steinert, colonel SS au sein de la Gestapo, et sa femme Else ont invité des proches d'Hitler à la réception qu'ils tiennent annuellement dans leur somptueux manoir, en banlieue de Berlin. En cette année où l'idéologie nazie s'impose avec hargne et violence sur toute l'Europe, les invités triés sur le volet discourent avec verve sur la supériorité de l'Allemagne. Dans leur délire fanatique, ils ne peuvent se douter que deux ans plus tard, la situation ne sera plus la même. Les ennemis avancent vers la capitale allemande et, du manoir, on entend l'écho incessant des bombardements qui mettent Berlin à feu et à sang. La sécurité d'Else et de ses quatre enfants est menacée.

    Alors que les bombes ennemies détruisent leur résidence ainsi que leur usine et que les Russes approchent à grands pas, ils doivent entreprendre un long exode vers l'ouest, à l'autre bout du pays, où devrait les accueillir Magnus, le frère de Johann. Leur pénible parcours de 650 kilomètres sera semé d'embûches, de problèmes, de périls, de dangers, de morts. La faim, la peur de rencontrer l'ennemi ainsi que le froid et le mauvais temps seront leurs fidèles compagnons jusqu'à Düsseldorf.

  • La question des villes moyennes - Le discours sur les villes moyennes en Europe - La question des villes moyennes au Québec - La théorie du cycle du produit - L'internationalisation de la production - L'intégration des villes moyennes au système extra-urbain de relations industrielles - Mise en situation - La dispersion territoriale des emplois - La déconcentration territoriale des administrations.

empty