• La narratrice, « une gourgandine » qui dépend de la bourse d'autrui et « fait de ses déboires le sujet de ses écrits », a longtemps été « le personnage gênant de son roman ». Elle relit aujourd'hui ses textes, surtout son deuxième livre, « mon faux livret de famille». Dans Reconnaissances, Catherine Safonoff reconnaît l'amour pour le père et celui pour la mère, malgré leur lourd passé à tous les trois. Elle reconnaît aussi la difficulté à être soi, à être mère, à conquérir sa liberté, la difficulté à conjuguer tout cela. Elle reconnaît ceux qu'elle a aimés, dans la vie et dans ses livres.

    Catherine Safonoff, née à Genève, est l'auteur de neuf livres et de deux recueils de nouvelles. Elle a reçu de nombreux prix littéraires, dont les principaux sont le Prix fédéral de littérature en 2012 pour Le Mineur et le Canari (Zoé), le Prix quadriennal de la Ville de Genève en 2007 et le Grand Prix Ramuz en 2015 pour l'ensemble de son oeuvre.

  • Une femme s'éprend de son thérapeute, le Docteur Ursus. Une situation qui, d'emblée, empêche l'expression simple des sentiments et des désirs. Aussi bien est-ce, pour cette femme, l'occasion idéale d'aimer. Dans ce cadre protégé, surveillé, rien de malheureux ne peut lui arriver. Enchantée au sens fort du terme, la patiente écrit. Dérivé en récit, l'amour imaginaire se trouve ainsi conforté, amplifié.
    Tout de cet homme plaît à la narratrice, son regard, sa voix, ses vêtements, sa bienveillante et imparable logique. Elle l'écoute, le dévore des yeux, le respire. Il suffit, ici, que la bonne distance soit observée et l'amour impossible ira à l'infini
    Mais un livre doit finir, et le récit lui-même, qui a longtemps porté la narratrice, l'avertit de revenir à la "vraie vie". Quant au canari, son symbole vient d'une ancienne tradition. Naguère, on emportait au fond du puits de charbon un petit oiseau chanteur, qui avertissait du grisou mortel son compagnon le mineur.

  • Une vieille femme perd la mémoire, perte qui incite sa fille unique à reconstituer le passé comme elle peut. Au travers de bribes de souvenirs et d'incidents quotidiens, la narratrice cherche à gagner l'affection de sa mère. A l'opposé du récit de deuil qui honore un parent défunt, Autour de ma mère est un carnet de bord tenu à chaud pendant trois ans, un journal poétique parfois noir, souvent cocasse, écrit contre le regret, l'amertume et la mort. Quête d'amour filial qui se conjugue avec la tentative tragi-comique mais passionnée de retrouver un amant fugitif. Quel amour l'emportera, celui pour la mère ou celui pour l'amant ? A ce dilemme, la narratrice donne une réponse singulière.

    Catherine Safonoff, romancière, vit à Genève. Son écriture de l'intime n'est jamais sentimentale, elle creuse l'intérieur de l'être avec humour et sens du paradoxe.

  • Retour, retour

    Catherine Safonoff

    « Ces premiers moments ont été décisifs. Moi cependant je ne décidais rien, presque rien, si vite me suis laissé mener, privée d'une manière ou de l'autre de mon bon sens, d'un minimum de bon sens. Ce qui avait fondu sur moi à peine hors du train, cette sensation qui faisait du retour en pays connu une arrivée en pays inconnu, n'était pas nouvelle, quoique cette fois tellement plus accentuée. Elle était prévisible et, semblait-il, j'aurais pu me ressaisir, éviter ce vers quoi je me suis avancée, fermant les yeux juste assez pour continuer. »
    Un faux départ oblige une femme à revenir sur ses pas. Elle se terre, clandestine, dans sa ville natale.

  • L'expression la distance de fuite vient de l'étude des animaux. Distance ici désigne l'espace protecteur que veille à garder autour de lui l'animal dont la seule défense est la vitesse de sa course.L'expression m'a frappée comme image poétique touchant également les rapports humains : eux aussi sont faits de distance relative, de recherche du meilleur lien possible, proche ou lointain.Ce livre ne fait pas tant l'éloge de la fuite que du refuge qui l'oriente: les cabanes de l'enfance, un jardin, le bord d'un lac, un regard ami, une chambre à soi, la lecture.Le titre n'est donc pas de mon invention. Il m'a paru traduire la double idée de fuite et de refuge. Si l'écriture a quelque chose d'un mouvement de fuite, en même temps elle cherche à rejoindre ce lieu d'intime hospitalité, un livre : écrite, la distance deviendra peut-être lien.C.S.Catherine Safonoff, née à Genève, est l'auteur de huit romans et de deux recueils de nouvelles. Elle a reçu de nombreux prix littéraires, dont les principaux sont le Prix fédéral de littérature en 2012 pour Le Mineur et le Canari (Zoé), Prix quadriennal de la Ville de Genève en 2007 et le Grand Prix Ramuz en 2015 pour l'ensemble de son oeuvre.

  • Une femme est tombée ou le charme d'une île qui longtemps lui prodigue des dons impies. Promenade par les sentiers solitaires, musique, d'une autre langues, la mer, les bateaux. Un jour, dans un café du port, la visiteuse rencontre Je Capitaine Rouge. C'est un homme de sac et de corde, mais sa voix et sa prestance ravissent l'étrangère.
    S'ensuivent le péripétie coutumière des amants - promesses, mensonges, chassés-croisés mélodramatiques, bagarre contre les moulins à vent. À l'école du Capitaine Rouge, ce maître de l'envers des choses, la narratrice perd quelques illusions.
    Ce qui sauve la passion humaine, c'est an doute la mémoire. Demeurent à la fin les objets, témoins humbles et fidèles. Demeurent les lieux, parfaits, d'une aventure triviale - une maison et un jardin dan le pays gris et là-bas l'île aux sortilèges plus vraie maintenant qu'elle a des ombres.

empty