estive

  • Estive

    Blaise Hofmann

    Estive est un récit où l'auteur romance un été de berger en charge d'un troupeau de moutons. Ce carnet de route dans une vallée alpine fait partager au lecteur, tout au long de rencontres inattendues, d'images poétiques et de réflexions philosophiques, le quotidien difficile des paysans et des bergers.

  • En 1942, au coeur de l'Auvergne, la guerre n'a pas encore touché les petits villages et la vie est rythmée par les travaux des fermes et les relations humaines, les bals ruraux et les veillées au coin du feu. Un monde où les relations tendres ou complexes, mais toujours vraies, mènent bien souvent à l'amour. Hélène et Auguste qui, à 17 ans, ont grandi ensemble, connaissent cet été-là leurs premiers émois. Mais ce cocon de paradis est sur le point de voler en éclat car, en 1944, les allemands sont au village. Occupation et Résistance deviennent les maîtres mots de ce pays sans histoire. C'est dans cette période trouble qu'un jour Hélène et Auguste disparaissent sans laisser de trace et sans explication apparente. En 1949, la paix est revenue au village et la vie a repris ses droits, Auguste est revenu au pays et tente jour après jour de reconquérir sa place. Mais Hélène n'est pas reparue. Qu'est-il arrivé à la jeune fille durant la période trouble de la guerre et quel lien y a-t-il avec la subite disparition à l'époque du jeune couple ?

  • Le chemin des estives Nouv.

    « Partout, il y avait trop de bruit, trop de discours. Un jour, j'en ai eu marre de cette frénésie et je suis parti. Certains vont chercher le bonheur en Alaska ou en Sibérie, moi je suis un aventurier de la France cantonale : je lorgne du côté d'Aubusson, du puy Mary et du plateau de Millevaches »

    Sans le moindre sou en poche, misant sur la générosité des gens, un jeune aspirant jésuite s'échappe de la ville et de la modernité avec le désir de renouer avec l'élémentaire.
    Il s'offre une virée buissonnière à travers les déserts du Massif central. Une petite promenade de sept cents kilomètres à pied. Le chemin des estives, récit de ce voyage, est une ode à la désertion, à la liberté, à l'aventure spirituelle. On y croise les figures de Rimbaud, de Charles de Foucauld, mais aussi des gens de caractère, des volcans, des vaches.

    Au fil des pages, une certitude se dessine : le bonheur est à portée de main, il suffit de faire confiance et d'ouvrir les yeux.

  • Le chant d'un homme qui s'émerveille de la montagne, de l'hiver, de la neige. Un poète de son pays que son pays ne peut contenir nous dit C. Le Quintrec.

empty