Dictionnaires / Encyclopédies / Documentation

  • Dictionnaire amoureux de l'Ukraine Nouv.

    Dictionnaire amoureux de l'Ukraine

    ,

    • Plon
    • 25 Mai 2022

    Un Dictionnaire amoureux qui nous immerge dans l'âme de l'Ukraine (histoire, littérature, poésie, musique, peinture, géographie, gastronomie...) par Tetiana Andrushchuk, violoniste ukrainienne qui fut professeur au Conservatoire national supérieur de Kiev et Danièle Georget, auteure et rédactrice en chef adjointe à Paris Match." Nous sommes un peuple de 42 millions d'habitants sur un territoire plus vaste que la France ou qui l'était, jusqu'à ce que la presqu'île de Crimée lui soit arrachée. Notre civilisation est plus ancienne que celle de la Russie, nos liens avec la France remontent au Moyen Age. L'Ukraine était un royaume avec Kiev pour capitale quand Moscou n'était qu'un bourg au milieu de nulle part.
    Pendant plus de trois siècles, nous sommes passés pour la province d'un empire qui nous avait pris jusqu'à notre nom. Mais lorsque les murailles de l'Union soviétique sont tombées, notre " terre qui n'est pas la nôtre " comme l'écrivait le poète, s'est réveillée. Enfin, elle allait pouvoir choisir son destin et cesser de suivre celui imposé par les autocrates de l'Est. Vingt-deux ans plus tard, Vladimir Poutine a cru pouvoir mettre un terme à cette " récréation ". Au nom d'un génocide, sorti de son imagination, contre les russophones, il a cru que ses soldats seraient accueillis avec le pain et le sel. Pour annexer l'Ukraine, il suffisait de cent cinquante mille hommes et d'un déluge de bombes. Écrase-t-on une idée avec un marteau ?
    Je suis née à Kiev. Mon père est mort pendant la Seconde Guerre mondiale. Il portait l'uniforme soviétique, comme près de sept millions de soldats ukrainiens. Près de la moitié ont été tués.
    Violoniste, professeur au Conservatoire national supérieur de Kiev, j'ai reçu, à Moscou, les conseils du meilleur des hommes, un des rares violonistes dont les Français connaissaient le nom : David Oïstrak, né en Ukraine où il a étudié et commencé sa carrière. Et j'ai aimé de toute mon âme d'artiste la culture ukrainienne, de Chevtchenko, notre Hugo, à Silvestrov, comme j'ai aimé la culture russe, de Tchaïkovski à Tolstoï et Dostoïevski.
    Dans l'après-guerre, ma mère qui avait été chanteuse à l'opéra de Kiev, voulut me faire apprendre le français... " A quoi cela lui servira-t-il ? " lui demandait-on. Personne ne pouvait alors quitter l'Union soviétique.
    J'aimerais aujourd'hui raconter aux Français pourquoi notre identité n'est pas une invention de Maïdan, et pourquoi les Ukrainiens, tenaces, têtus, courageux, à l'image du boxeur Klitchko, montagne des rings qu'aucun coup ne parvenait à ébranler, font envers et contre tout, et depuis si longtemps, le choix de l'Europe et de la démocratie.
    Une nation est, comme un diamant, composée de milles facettes, si scintillantes que parfois elles nous aveuglent. Nous sommes le passé, le présent, les vivants et les morts, l'histoire et la géographie, la poésie, les oeufs peints de Pâques, les chemises brodées, le bortsch. Et la passion.
    La Russie, si prompte à renouer avec ses vieux démons, nous accuse du crime de fascisme : mais qui se trompe d'époque ?
    Aux femmes qui ont accouché sous les bombardements, à ceux qui se sont terrés dans leurs caves, à ceux qui ont passé leur rage en fabriquant des " cocktails ukrainiens ", à ceux qui tiraient les missiles stinger, à ceux qui distribuaient la nourriture dans les supermarchés, à ceux qui posaient les garrots, à ceux qui les fabriquaient, au sniper qui abattit le général Tchétchène, à tous ceux qui se sont battus, à ceux qui ont attendu. Et même à ceux qui doutent encore que l'Ukraine existe, je dédie ce livre. "

  • Dictionnaire amoureux de l'archéologie

    ,

    • Plon
    • 23 Septembre 2021

    L'archéologie fait rêver petits et grands et trouve sa place dans l'imaginaire des films ou des bandes dessinées. Véritable mosaïque, cette science tente de redonner vie à des sociétés très anciennes ou récentes, ayant existé dans le monde entier. Elle s'incarne dans des sites exceptionnels ou dans des traces très modestes, toutes aussi importantes pour comprendre l'humanité.On dit volontiers de l'archéologie qu'elle est passion. Et c'est vrai. L'amour n'est donc pas loin, et il semble donc (presque) simple d'en faire un dictionnaire qui le décline à l'envi ! Elle est aussi science, sérieuse et savante. C'est avec ces certitudes, et avec la conviction qu'il fallait oser, que ce dictionnaire amoureux a été conçu. Un mot le résume sans doute, celui de mosaïque, invitant le lecteur à un regard à deux distances : de près, au niveau de la notice attendue ou qui le surprendra, érudite ou humoriste qui donnera des détails sur un aspect en particulier de l'archéologie ; de loin, à un niveau plus global de l'ouvrage qui lui donnera une vision d'ensemble de l'archéologie telle que l'auteur la vit, l'aime, l'étudie, l'enseigne et la promeut. C'est donc ainsi guidée, que la liste des entrées a été déclinée, de A à Z en n'omettant aucune des lettres de l'alphabet. S'y côtoient donc : Angkor, British Museum, céramique, civilisation, détectoriste, Dieu, Gaulois, Il était une fois l'homme, Jones (Indiana), Lascaux, Néandertal, préfet, Rahan, sexe, Sutton Hoo, Taureau, trous (de poteaux), Xi'an, ZEE, et tant d'autres !

  • Un ouvrage de passion pour la langue française, un régal pour l'intelligence du lecteur

    À l'Académie française, on rédige le
    Dictionnaire de la langue française. Mais, élargissant leur rôle, les membres de la Compagnie ont à cœur aussi de laisser libre cours à leurs enchantements, combats ou indignations. Danièle Sallenave réhabilite le point-virgule ; Dany Laferrière raconte comment le vocabulaire du ventre chez Rabelais le fait rire aux éclats ; Jean d'Ormesson voit dans la rigueur de notre utilisation de la langue la condition d'une pensée ferme et cohérente ; Hélène Carrère d'Encausse décrit avec humour les barbarismes entendus lors d'une soirée chez les
    fashionistas ; Dominique Fernandez explique pourquoi il préfère le terme de
    gay à celui d'
    homosexuel qui lui évoque " par sa laideur, un médicament ou une marque de dentifrice " ; Michel Serres met un bonnet rouge au dictionnaire pour appeler à la grève contre les anglicismes ; Frédéric Vitoux songe aux origines du mot
    rêver dont on ne connaît pas l'étymologie ; Dominique Bona considère qu'il n'y a rien de plus amusant que de lire un dictionnaire par la seule prononciation...

    Qu'ils en vantent la richesse et la subtile intelligence, ou qu'ils pourfendent l'usage qui en est parfois fait, les académiciens nous livrent leurs flâneries au pays des mots. Ces textes pleins de passion pour notre langue sont un régal de finesse et d'enthousiasme.

  • Ce livre n'est pas un manuel de grammaire rébarbatif mais bien plutôt une passionnée et très amusante déclaration d'amour au français.
    Il propose une approche ludique, vigoureuse et tendre, qui vise à décorseter notre langue pour se l'approprier, la prendre, et l'apprendre.
    Il est question de rimes embrassées, d'accords, de liaisons scandaleuses, du temps qui passe, de naissances, de changement de genre, de jeux et de faux semblants, de la chair d'un mot et de la caresse d'un accent.

  • Petite anthologie de contrepèteries littéraires Nouv.

    " [...] il disoit qu'il n'y avoit qu'une antistrophe entre femme folle à la messe et femme molle à la fesse. " François Rabelais, Pantagruel, 1532
    Le patrimoine littéraire - de Victor Hugo à Queneau, Vian ou Frédéric Dard... - offre quantité d'exemples de contrepèteries ou antistrophes revendiquées par leurs auteurs. Mais les plus savoureuses ne sont pas forcément les contrepèteries volontaires.
    De jolies clandestines, fruits du hasard, se glissent malicieusement sous la plume de romanciers respectueux et respectables, de poètes bien sérieux... Les lettres inversées révèlent un sens caché réjouissant, et souvent, disons-le clairement, furieusement rude. Mais délicieusement... drôle !

  • Proust et le temps : un dictionnaire

    Isabelle Serça

    • Le pommier
    • 8 Avril 2022

    « Une heure n'est pas qu'une heure, c'est un vase rempli de parfums, de sons, de projets et de climats. » Tel est le temps pour le Narrateur d'À la recherche du temps perdu. Mais qu'en pensent les physiciens ou les mathématiciens à l'époque de l'horloge atomique ? Qu'en disent les géoscientifiques ou les neuroscientifiques ? Les linguistes et les artistes ? Quant au temps chronologique de l'historien, qu'a-t-il à voir avec celui de l'écrivain ?

    C'est à cette confrontation que nous convie le présent dictionnaire issu des travaux du collectif ProusTime : penser le temps avec Proust, des sciences humaines aux sciences exactes en passant par les arts. Traces neuronales et traces du land art, archives historiques et archives environnementales, histoire des sociétés humaines et histoire de l'univers... Dans ces pages se font jour autant de conceptions du temps et de la mémoire qui croisent celles de la Recherche. L'anachronisme y côtoie l'oubli, l'ellipse y voisine avec le progrès et une mystérieuse pelote de laine n'est pas loin d'une pédale de piano...

    Autant d'échappées belles avec le plus grand spécialiste du temps : Proust lui-même !

    Avec la contribution des membres du groupe ProusTime : François Charru, Jean-Marc Devaud, Anne Le Draoulec, Gaël Le Roux, Marie-­Paule Péry-­Woodley, Isabelle Serça, Gérard Tiné et Colette Zytnicki

    et la participation exceptionnelle de Jérôme Bastianelli, David Bellos, Alain Connes, Francis Eustache, Maylis de Kerangal, Étienne Klein, Maryse Perrin, Nicolas Ragonneau et Jean-Yves Tadié

    Illustration de couverture originale par Stéphane Heuet

  • Dictionnaire amoureux du parfum

    Elisabeth de Feydeau

    • Plon
    • 18 Mars 2021

    Dans ce Dictionnaire amoureux du parfum, Elisabeth de Feydeau met en valeur tout le romanesque qu'il contient. Un parfum raconte une histoire, celle des êtres et de leur époque. Il touche les sensibilités et il unit les cultures, en restant une douce ou violente constante dans l'amourÉcrire un
    Dictionnaire amoureux du Parfum a toujours été un rêve pour moi. Grande admiratrice et lectrice de cette collection, j'étais amoureuse de cette idée de pouvoir déclarer un jour ma flamme au parfum, l'objet de tous mes agréables tourments. Enchanteur, conteur, séducteur, le parfum m'attire depuis bien des années le nez et l'esprit. Il m'a prise un jour sans crier gare et depuis je ne me lasse pas d'essayer de comprendre et d'entrer dans " cette haute puanteur ", ainsi que le nommait Michel de Montaigne, qui donne naissance à un espace voluptueux.
    Le parfum ne peut se résumer à une simple marchandise. Il est bien davantage. " Le parfum, c'est l'odeur plus l'homme ", disait Jean Giono, soulignant cette nécessaire rencontre entre la peau et l'effluve, pour que s'exprime un parfum, en s'animant sur l'être qui le porte et même en le prolongeant. Le parfum fait parler le silence. Il habite l'absence. C'est pour cela qu'au travers d'un dictionnaire amoureux du parfum, j'ai à coeur de mettre en valeur tout le romanesque qu'il contient. Un parfum raconte une histoire, celle des êtres et de leur époque. Il touche les sensibilités et il unit les cultures, en restant une douce ou violente constante dans l'amour.

  • Dictionnaire amoureux ; du polar

    Pierre Lemaitre

    • Plon
    • 22 Octobre 2020

    " Voici le dictionnaire de ce que j'aime (à quelques oublis près). "" Nos amis italiens et espagnols (ils ne sont pas les seuls) ne font guère de distinction entre " roman noir " et " roman policier ". Mais comme en France, nous la faisons, en toute logique ce dictionnaire devrait ne comprendre que des entrées concernant le roman policier. Si vous en êtes d'accord, ce sera ma première licence : je parle d'un univers littéraire qui est le mien, on y trouvera aussi bien du " polar " que du " noir ".
    S'agissant d'un univers " littéraire ", il ne devrait y avoir ici que des livres. Ce sera ma seconde licence : incidemment, on y trouvera quelques films, quelques séries TV, quelques BD, des librairies, des blogs.
    Enfin, autant prévenir tout de suite : pour les définitions maîtrisées, les monographies exhaustives, les analyses thématiques, etc., le lecteur trouvera facilement d'excellents ouvrages (j'en cite quelques-uns, en fin de volume) qui correspondront à cette attente. C'est à un écrivain que l'éditeur a confié ce Dictionnaire amoureux. Je parlerai donc ici en lecteur et en romancier. Il y aura des oublis impardonnables, des injustices, des jugements contestables. C'est inévitable mais je ne fais que respecter le projet de cette collection : c'est le dictionnaire de ce que j'aime (à quelques oublis près).
    Lorsque je lis un Dictionnaire amoureux, rien ne me fait plus plaisir que de découvrir des choses que je sais déjà. C'est un peu comme pour le Nobel de littérature : le jour de la proclamation, quand il s'agit de quelqu'un dont je connais déjà le nom, j'ai l'impression d'être cultivé. J'espère que ce Dictionnaire amoureux réservera au lecteur quelques-unes de ces satisfactions mais aussi quelques surprises, quelques découvertes. Et l'envie de lire et de relire encore cette littérature majeure qui, quoiqu'on en dise, reste durablement marquée par le prosaïsme de ses origines.
    Alphabétique (de " s'abîmer " à " vouloir-saisir "), totalement subjectif (" on a rendu à ce discours sa personne fondamentale qui est le JE "), sans prétention à l'exhaustivité..., je crois que les
    Fragments d'un discours amoureux (1977) peut être considéré comme l'ancêtre des Dictionnaires amoureux. Puisqu'il correspond très exactement à mon projet, je reprends donc ici, à la lettre, l'exergue de Roland Barthes :
    C'est donc un amoureux qui parle et qui dit : "

  • Dictionnaire amoureux de l'entreprise et des entrepreneurs

    Collectif

    • Plon
    • 28 Octobre 2021

    Près de 90 auteurs ont participé à ce Dictionnaire amoureux. Chacun avec ses mots, son style, son regard, son expérience, ses propres convictions d'entrepreneur mais aussi de philosophe, artiste, syndicaliste, essayiste, écrivain, humanitaire, religieux, économiste ou universitaire. Victor Hugo déplorait déjà l'ingratitude " pour le don nécessaire, jamais pour le don du superflu " et le manque de reconnaissance pour celui qui " vous donne le pain quotidien " contrairement " à qui vous donne la parure ". C'est sur ce constat qu'est née l'idée de ce Dictionnaire amoureux. Il répondait à un besoin, celui de la reconnaissance. Celui aussi de partir à la conquête du coeur des Français auprès desquels l'image de l'entreprise et des entrepreneurs est dépréciée.
    Et pour ce faire rétablir quelques vérités premières. Proclamer que l'argent n'est pas forcément sale, que les patrons ne sont pas tous des voyous, que faire du profit n'est pas honteux, que le laisser-faire n'entraîne pas naturellement le laisser-aller. Bref, faire la pédagogie de l'entreprise, ce que notre école se grandirait de mieux faire.
    Dire que la raison d'être de l'entreprise n'est pas la quête exclusive et frénétique du profit et que souvent mieux que d'autres, elle est au service du bien commun.
    Dire qu'elle n'est pas à l'origine de nos problèmes, les inégalités sociales, la pollution et les discriminations mais qu'elle en est la solution.
    Dire aux jeunes si méfiants vis-à-vis de l'entreprise qu'ils y trouveront souvent mieux qu'ailleurs la réponse à leur quête de sens, d'éthique et d'intégrité.
    Que créer son entreprise est une aventure enthousiasmante qui n'est pas réservée à une élite diplômée mais ouverte à tous ceux qui veulent réussir leur vie et le faire au service des autres.

  • Dictionnaire amoureux des îles

    Hervé Hamon

    • Plon
    • 5 Novembre 2020

    Un Dictionnaire amoureux qui marie l'Odyssée et le plus contemporain de notre actualité, Thomas More et les archipels menacés par le réchauffement climatique. On vagabonde, on rêve, on frissonne, on se souvient. Les îles pourraient bien être chemins de vérité.Ce n'est pas parce qu'il a bourlingué, du Groenland à la Polynésie, du Japon au Chili, qu'Hervé Hamon est un collectionneur de cartes postales. Et ce n'est pas parce qu'il aime naviguer que les cocotiers et le sable blanc le fascinent.
    L'île, avant l'île, c'est le voyage vers l'île. Avec tous les imaginaires inimaginables. Celui du conquérant, de l'exilé ou du migrant, du naturaliste ou du missionnaire, du négrier ou du pirate, celui du déporté, celui de qui se rêve roi d'un monde pur. Celui qui quitte une île pour une autre.
    Les îles ne sont pas des navires à l'ancre mais des montagnes émergées, quand bien même elles ne dépassent que de quelques mètres. Elles sont la plaque sensible de notre monde cerné d'eau, elles racontent nos convoitises, nos guerres, nos croyances, nos espoirs. Elles nous parlent d'écologie et de mondialisation autant que de distinction et de solitude.
    Pas étonnant que la littérature s'en soit emparée. Melville aux Marquises, Hugo à Guernesey, Tchékov à Sakhaline, Perec à Ellis Island, Albert Londres à l'île du diable, Soljenitsyne à Solovki, Dumas à If, Césaire ou Glissant à la Martinique, et ainsi de suite. Ce dictionnaire amoureux va de Fred et de Philémon sur le
    A d'océan Atlantique, à Robinson sur Juan Fernandez (où Defoe, du reste, n'a jamais mis les pieds).

  • Metin Arditi, amoureux comme personne de l'esprit français, examine d'une plume légère et souvent espiègle les diverses formes dans lesquelles s'incarne en France le désir de plaire." On ne considère en France que ce qui plaît ", dit Molière, " C'est la grande règle, et pour ainsi dire la seule ".
    Partant de cet indiscutable constat, l'auteur de ce dictionnaire, lui-même amoureux comme personne de l'esprit français, examine d'une plume légère et souvent espiègle les diverses formes dans lesquelles s'incarne en France le désir de plaire : au fil des siècles se sont développés le goût du beau, bien sûr, mais aussi le principe d'élégance, le sens de l'apparat, le souci de légèreté, l'humour, l'art de la conversation, un attachement historique à la courtoisie, la délicatesse du chant classique " à la française ", le penchant pour la théâtralité, l'amour du juste, le goût des barricades, du panache, oui, du panache, et, surtout, une exigence immodérée de liberté. Ce dictionnaire parle de Guitry et de Piaf, de Truffaut et de Colette, mais aussi de Teilhard de Chardin, Pascal, Diderot, Renan, Péguy, les prophètes qui ont nourri les artistes de leur pensée et les ont libérés dans l'exercice de leurs talents.
    L'esprit français a aussi ses interdits. Ne jamais être lourd... Ne pas faire le besogneux... Comment plaire, sinon ?
    Au fil des pages, ce dictionnaire rappelle que le goût des belles choses a un prix, qu'un tel bonheur ne vient pas sans facture. À défaut, l'esprit français ne serait pas ce qu'il est... Sans vouloir transformer un pays qui, c'est heureux, n'est pas transformable, on pourrait peut-être imaginer, ça et là, quelques mesures aptes à diminuer le montant de l'addition.
    À l'heure où chacun s'interroge sur la délicate question de l'identité du pays, ce dictionnaire rappelle combien l'esprit français est un cadeau.

  • Vous hésitez toujours entre des chacals et des chacaux ?Vous ne savez jamais où mettre de -s dans les mots composés ?Et ne parlons même pas des accords du participe passé, qui vous donnent des sueurs froides !Grâce à ce petit livre, résolvez tous vos problèmes d'accord : noms, déterminants, adjectifs, adverbes, participes, verbes... Aucun domaine ne sera laissé de côté, si ardu soit-il, pour que l'accord parfait règne enfin !

  • Les pourquoi du français

    Julien Soulié

    • First
    • 17 Mars 2022

    Pourquoi met-on un s au pluriel des noms ? Pourquoi dit-on appeler, mais j'appelle ? Pourquoi le e se prononce-t-il [a] dans femme, solennel, évidemment ? Pourquoi dit-on le fils de César, mais un fils à papa ?
    Certaines questions existentielles jalonnent le chemin tortueux de notre existence. Qui suis-je ? D'où viens-je ? Où vais-je ? Et surtout : pourquoi dit-on
    des chevaux ? En tant que Françaises et Français, c'est notre destin : nous sommes parfois tourmentés ou intrigués par notre propre langue. Mais peut-être pouvons-nous chercher les raisons de ces " délices " du quotidien afin de les savourer ?
    Dans ce livre, Julien Soulié répond avec humour et érudition à 100 questions que nous nous sommes tous posées sur la langue française. Que les règles (absurdes) du français relèvent de changements de prononciation et d'usages selon les époques, ou de choix arbitraires de grammairiens parfois frustrés, les pourquoi du français n'auront plus de secrets pour vous !

  • 150 citations historiques pour enrichir sa culture Nouv.

    " Je n'ai à vous offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur. "Winston Churchill " Paris vaut bien une messe ! "Henri IV " Impossible n'est pas français. "Napoléon I erNombreuses sont les citations qui ont fait l'histoire... ou qui la résument si bien. Piochez parmi les 150 citations de ce livre, classées selon une dizaine de thèmes, pour enrichir vos écrits ou cultiver votre sens de la repartie !

  • Je parle comme je suis ; ce que nos mots disent de nous

    Julie Neveux

    • Grasset
    • 16 Septembre 2020

    «Pardon, j'ai zappé de te rappeler, je suis en mode zombie là, on est sur un gros dossier touchy chez Facebook, une influenceuse accusée d'appropriation culturelle, du coup j'ai buggé. En vrai, je suis mort, faut vraiment que je déconnecte ...»
    De nos jours, nous sommes en mode, souvent connectés, toujours sur Facebook à distribuer des like et des émoticons, appeler à la bienveillance ou exprimer sa colère, traquer la fake news, réagir au  buzz, et ponctuer nos phrases de du coup, en même temps, voilà, et bonne continuation. Dans une société appelant à  communiquer toujours plus, notre langue change à toute vitesse  ; de nouveaux termes apparaissent (selfie, charge mentale, blog, collapsologie), certains sont importés (impacter, ghoster, manspreading, fake news, burn-out), d'autres inventés (FOMO, malaisé, racisé, nomophobie) ou employés autrement (juste, on est sur, je suis dans...). Nous parlons sans cesse, sans bien savoir chaque fois ce que nous disons. Or la langue parle à travers nous, les mots ont un sens qu'on oublie parfois, ils nous disent, ainsi que notre époque, sans qu'on en soit conscient.   Saviez-vous par exemple que la colère, dont on entend tant parler, vient du latin cholera, lui-même issu du grec khôle, qui veut dire la bile ; que le terme féminicide désigne, non le simple meurtre, mais le massacre (du latin caedere) des femmes, et qu'il existe depuis deux siècles  ; que l'emploi des prépositions sur et dans témoigne, soit d'une volonté de maitrise (on est sur un cancer de stade 3), soit du retour des sentiments dans nos analyses (Macron, il est dans le mépris). Ou que souhaiter bon courage pour dire au revoir, c'est impliquer que la vie n'est pas si facile?
    En sept chapitres thématiques (les mots de l'homme-machine, des sentiments, le lexique féministe, l'homme social, nos tics de langage, les mots-médias, les termes écolos), Julie Neveux passe en revue nos expressions, rappelle leur origine, leur étymologie, leur sens littéral et leur emploi actuel pour nous dévoiler ce qu'ils disent de nous et de notre époque. D'une plume aussi savante que leste et drôle, enlevée et franchement décomplexée, elle nous emmène dans un voyage linguistique passionnant. Une enquête parfois effrayante, souvent stupéfiante, jubilatoire  !  
     

  • Dictionnaire amoureux ; de l'Espagne

    Michel Del Castillo

    • Plon
    • 10 Octobre 2013

    L'Espagne, entre ombres et lumières, présentée sous ses milles facettes par l'un de ses amoureux transis : Michel Del Castillo.
    Al-Andalus, Carmen, don Quichotte, Goya, l'Inquisition, Vélasquez, la Tauromachie, mais aussi Franco, Burgos, Almodovar, Picasso, Lorca et Unamuno : voilà quelques-unes des entrées de ce Dictionnaire amoureux, qui parle aussi bien de l'Espagne d'hier que de celle d'aujourd'hui. Ombres et lumières. Autant de prétextes qui en tableaux flamboyants permettent de faire retentir le chant profond de l'Espagne, de suivre le fil qui du plus lointain passé court jusqu'à nos jours. Il fallait toute la culture, la sensibilité et la distance d'un grand romancier pour brosser cette fresque emportée d'un pays qui aura produit l'une des plus hautes civilisations de l'Europe.

  • La nouvelle édition du dictionnaire de référence sur la littérature française  : un outil indispensable pour les lycéens et les étudiants du 1er cycle universitaire.
    o Classés dans l'ordre alphabétique, 600 articles permettant de couvrir  :
    - les principaux mouvements et courants littéraires  ;
    - les auteurs majeurs et les oeuvres phares  ;
    - les personnages célèbres  ;
    - toutes les notions littéraires (genres, registres, figures de style, etc.).
    o Cette nouvelle édition prend en compte le nouveau programme de français en 2de et 1re. Elle intègre notamment des cartes mentales sur les thèmes clés de ce programme.
    o Un outil indispensable aux  lycéens, pour préparer l'épreuve anticipée du bac de français, et aux  étudiants  du 1er cycle, pour approfondir leur culture littéraire.
    Un ouvrage qui s'adresse également à  tous ceux qui s'intéressent  à la littérature française.

  • La nouvelle édition du dictionnaire A à Z de culture générale  : un outil indispensable pour tous ceux qui veulent consolider leur culture générale. 
    Un dictionnaire encyclopédique illustré
    225 entrées classées par ordre alphabétique et couvrant tous les champs de la connaissance  :
    o histoire, géopolitique
    o sciences politiques, sciences économiques et sociales
    o sciences et techniques
    o philosophie
    o littérature, histoire de l'art
     
    Une vision actuelle de la culture générale
    o Des synthèses problématisées
    o Des encadrés «  Enjeux contemporains  »
    o Des bibliographies pour aller plus loin
     
    Des annexes efficaces
    o Un index détaillé permettant de faire une recherche sur près de 3 000 mots-clés
    o Une présentation du programme de culture générale en classe préparatoire commerciale, avec des renvois vers les entrées correspondantes
     
    Pour qui  ?
    L'ouvrage s'adresse particulièrement aux étudiants qui préparent une épreuve de culture générale. Il concerne plus largement tous ceux qui, au-delà des réponses des encyclopédies en ligne, souhaitent disposer d'articles de fond sur des thèmes clés d'hier et d'aujourd'hui.

  • Dictionnaire amoureux ; de Paris

    Nicolas d' Estienne D'Orves

    • Plon
    • 1 Octobre 2015

    Ni guide touristique, ni précis d'histoire parisienne, ni recueil de bonnes adresses, ce livre est l'herbier subjectif d'un Paris qui n'appartient qu'à l'auteur. Au fil de la grande Histoire, s'entremêlent ici un chapelet d'anecdotes et mille petits souvenirs intimes.
    "Depuis Accordéon jusqu'à Zucca, on s'enfonce dans les catacombes ; on fait la nuance entre café, brasserie et cabaret ; on va avec Truffaut au Gaumont Palace ; on marche sur les traces d'Hardellet ou de Marcel Aymé ; on guette les derniers vestiges de la campagne sous le bitume ; on fait la tournée des églises et des grandes tables ; on flâne au Palais Royal ou sur la ligne de Petite Ceinture ; on contemple l'Apocalypse et les grandes décapitations ; on s'indigne de tant de vandalisme mais l'on s'enjôle de tant de merveilles cachées ; on retrouve la trace des enceintes successives et du parcours de la Bièvre ; on va parfois au cinéma, au zoo, et souvent à l'opéra ; on se méfie des lieux consacrés ; on prend le métro, le bus, mais pas la trottinette ; on s'abrite dans les passages ; on découvre des perspectives ; on va se faire mousser à la piscine ; on comprend qu'on a souvent échappé au pire ; et puis on lit. Beaucoup ! Mon Paris n'est pas le vôtre. Il est le mien, avec ses petitesses et ses grandeurs, ses beautés et ses faiblesses, son mauvais gout et ses lubies, son amateurisme et ses engouements." N. d'E.-d'O.

  • Dictionnaire amoureux ; de la langue française

    Jean-Loup Chiflet

    • Plon
    • 6 Novembre 2014

    Jean-Loup Chiflet nous fait partager son amour pour la langue française, son histoire, ses subtilités, ses difficultés, ses grands auteurs et lexicographes.
    Jean-Loup Chiflet nous fait partager son amour pour la langue française, son histoire, ses subtilités, ses difficultés, ses grands auteurs et lexicographes. " Il y a mille et une façons de déclarer sa flamme à notre belle langue française, à laquelle Voltaire trouvait du "génie', et qui a déjà été, au cours des siècles, maintes fois honorée à sa juste valeur par de grands écrivains, qu'ils soient passeurs, inventeurs ou francs-tireurs : de Rabelais et Montaigne à Raymond Devos et Georges Perec..
    J'ai pour ma part choisi de la célébrer d'une façon plus légère en la regardant de profil, c'est à dire en insistant plutôt sur son histoire mouvementée, ses subtilités et les surprises qu'elle nous offre sans cesse comme autant de beaux cadeaux, les mots obsolètes, l'accent circonflexe, les drôles de toponymes ou antonymes et autres anaphores.
    Oui, j'aime cette langue autant pour ses trésors que pour ses insuffisances et ses défauts. Quand on aime, on aime tout... et rien n'est plus émouvant que de débusquer la faiblesse de l'être aimé. " J.-L. C .
    Jean-Loup Chiflet est l'auteur d'une soixantaine d'ouvrages dont le mémorable
    Sky my husband ! Ciel mon mari ! Il boucle ici sa trilogie sur ses thèmes de prédilection, l'humour et la langue, qu'il avait amorcée avec
    Oxymore mon amour ! et le
    Dictionnaire amoureux de l'humour

  • Les mots du bitume

    Aurore Vincenti

    • Le robert
    • 12 Octobre 2017

    De Rabelais aux rappeurs, petit dictionnaire de la langue de la rue. Avec la préface d'Alain Rey. À découvrir en version E-book.
    Dévorée par l'amour des mots, Aurore Vincenti s'est fait accoster, bousculer par une langue qui court les villes, les banlieues et leurs rues, qui naît entre les lèvres des impertinents. Une langue des jeunes ? Peut-être. Mais c'est sur le bitume que cette linguiste passionnée a attrapé ces mots connus ou énigmatiques qui nous plongent dans la musique d'un langage aussi beau qu'il peut être éphémère, aussi créatif que riche de voyages et d'histoire.
    Avec puissance et légèreté, humour et provocation, Aurore Vincenti passe au crible les plus belles pépites de notre vocabulaire contemporain et redonne ses lettres de noblesse à un parler souvent dévalorisé. Habillés dans les textes des plus grands rappeurs modernes - Booba, Oxmo Puccino, Nekfeu... - Les mots du bitume nous ouvrent les portes d'un monde bouleversé par les passions, d'une langue qui se construit et se partage.
    Ce livre reprend les meilleures chroniques d'Aurore Vincenti diffusées sur France Inter dans l'émission " Qu'est-ce que tu m'jactes ? ". L'intégralité de ces chroniques est réécoutable sur le site franceinter.fr.

  • Dictionnaire amoureux ; des Saints

    Christiane Rancé

    • Plon
    • 21 Mars 2019

    Un Dictionnaire amoureux pour remettre au centre de nos vies ces hommes et ces femmes à qui l'amour a tout rendu possible, même Dieu, et dont l'exemple est toujours vivant. Un livre pour donner un avant-goût du paradis.Qu'est-ce qu'être saint ? Qui sont les saints ? A quoi servent les saints ? Depuis le plus précoce - Jean-Baptiste qui tressaillit de sainteté dans le ventre de sa mère, et le premier des saints - un larron qui montera au Ciel pour avoir ouvert son coeur à Jésus - depuis les plus connus - de Paul de Tarse à Thérèse d'Avila, de François d'Assise à Thérèse de Lisieux en passant par saint Augustin, saint Louis ou encore Jeanne d'Arc, jusqu'aux aux saints les plus inattendus - saint Lucifer, saint Glinglin et saint Frusquin, Christiane Rancé évoque ceux que Renan appelait " les héros de la vie désintéressée ". Il y a ceux qu'elle interroge souvent, et ceux dont elle a fait la rencontre, - Mère Teresa ou Jean-Paul II. Qu'elles soient docteur angélique, docteur séraphique ou docteur de l'amour divin, ces grandes figures ont fondé et ne cessent d'engendrer le cours de l'Histoire. Avec jubilation, érudition et curiosité, l'auteur peint le portrait des saints qui nous sont le plus nécessaires, au travers de vingt siècles et dans tous les pays. Elle aborde par ailleurs les questions qui entourent la sainteté - ses modes, ses méthodes, et ceux qui l'ont célébrée, Emil Cioran, Jean Cocteau, ou Georges Bernanos pour ne citer qu'eux... Elle rappelle aussi les pèlerinages et les révolutions du coeur qu'ils ont suscités.

  • Sens caché des expressions populaires, étymologies étonnantes, dénominations bizarres, euphémismes, oxymores et autres figures de style, jeux de mots et jeux sur les mots, fautes courantes à éviter.... Au fil des pages de cet ouvrage aussi documenté qu'amusant à lire, la langue française n'en finit pas de livrer ses secrets. Dit-on un ou une câpre ? A-t-on facilement en tête le genre de l'antidote, pourtant fort utile à prescrire ou administrer, parfois ?
    Qui connaît la signification de nitescence et d'assertivité, des noms que l'on ne vient pas d'inventer, c'est juré, mais qui restent sagement à leur place dans les dictionnaires et font rarement irruption dans nos conversations ? Par opposition, le mot disruption est à la mode, tout comme le terme résilience. Mais si on les emploie beaucoup, on ignore généralement leur provenance et leur sens original. C'est le moment de les découvrir !
    Et que dire des faux-amis ou des termes employés à mauvais escient ? Une décennie n'est pas une décade. On ne doit pas confondre le crêpe avec la gourmandise bretonne, pas plus que le foudre et son homonyme féminin.
    Apprenons également que le mot anglais budget vient du français bougette, et que pedigree a pour origine pied de grue. Les mots se moquent des frontières et voyagent dans les deux sens, ce n'est pas un scoop !
    Sens caché des expressions populaires, étymologies étonnantes, dénominations bizarres, clichés littéraires, contrepèteries, pléonasmes, euphémismes, oxymores et autres figures de style, jeux de mots, fautes courantes à éviter, insultes ou surnoms cocasses (qui sont " Guimauve le Conquérant " et " M. Couac 40 " ?)... Révisons nos connaissances et régalons-nous de citations empruntées à la littérature ou à la politique, car l'actualité est une source de néologismes inépuisable et souvent désopilante.

  • L'orthographe dans votre poche

    André Vulin

    • Larousse
    • 21 Avril 2021

    Une  présentation pratique  :
    - 40 fiches sur 1 ou 2 pages maximum
    - 4 rubriques récurrentes à l'intérieur des fiches
    Une  maquette colorée et agréable  qui permet un repérage rapide dans le livre, et un format qui tient dans la poche pour avoir toujours sur soi la solution aux questions les plus fréquentes !

empty