Editions du Panthéon

  • Entre le 18 mars et le 2 juin 2020, Hervé Macé a tenu son journal, un jour sur deux.
    Chaque marche représente une étape, une évolution, un instant saisi et contemplé à la lumière de cette étrange période. L'actualité est passée en revue, croquée par la plume exigeante de l'auteur. Et si ces pages sont au présent, elles relatent un passé recomposé, avec subtilité et une certaine ironie.
    Professeur d'histoire dans deux collèges des Sables-d'Olonne, Hervé Macé livre cet état des lieux d'un confinement quelque part en Vendée. Acceptation, renoncement, choix, distance puis liberté très mesurée, pas après pas.

  • Ce qui se déroule derrière les murs d'une prison demeure mal connu, pour la plupart d'entre nous. Ce témoignage nous donne à entendre le bouillonnement des voix qui résonnent derrière les grilles.

  • Après « La roue libre » qui nous emmenait de l'île de Vardo au Sud de la Roumanie, Françoise Dion nous entraîne cette fois de Strasbourg à la Russie, juchée sur son vélo. Elle nous raconte les rencontres, les bivouacs, l'histoire des pays traversés et nous livre les réflexions qui s'amoncellent dans sa tête au rythme des pédales, jusqu'au monastère des Solovki, près du cercle polaire. Un pèlerinage personnel et intime qui lui fait approcher « l'âme russe ».
    Des envies d'ailleurs scandent la vie de Françoise Dion, des envies de rouler librement au plus près de la nature. Savoir écouter, observer et plonger en soi-même pour finalement découvrir l'autre. Un voyage émouvant jusqu'en Carélie.

  • À travers ce recueil, Cyrielle Héronneau emmène le lecteur dans un voyage à la fois familier et toujours nouveau : celui du sentiment amoureux, de ses ressentis et ses contradictions, ses émotions et ses exaltations. Dans les mots qu'elle dessine avec sensibilité, elle nous fait traverser toutes ses formes avec une incroyable intensité.
    Ouvrir grand les yeux face au monde, s'émerveiller, se tourmenter parfois, mais surtout se découvrir : ces écrits égrènent la mélodie de la vie, révélant d'une plume singulière les contours de nos amours.

  • Ce que David aime ? Faire du vélo, regarder le foot... et rien d'autre. Alors imaginez l'encombrant fardeau lorsque, bien malgré lui, il hérite d'une librairie ! Il lui faut la vendre au plus vite, pour reprendre le cours de son existence. Et tant pis s'il doit mettre tout le monde à la porte, y compris la belle libraire aux yeux verts... Sa vie devient un roman tout en rebondissements, auquel il espère bien mettre un terme rapidement.
    Journaliste pour La Tribune-le Progrès dans des rédactions aussi diverses que le service des sports, les faits divers ou la justice, Jean-Yves Moulin a relaté pendant des décennies petites et grandes histoires, belles, drôles ou dramatiques. Écrire un livre, ne pas s'éloigner des mots, lui est apparu comme une évidence.

  • C'est d'une plume vive et sincère, que Julien Leroy exprime l'accomplissement de ce qui lui paraissait encore hier inimaginable. Des courses sur des dénivelés importants aux franchissements de limites jusqu'alors insoupçonnées, l'auteur se confie sans filtre sur son parcours.

  • Un tableau au sujet religieux rebattu est découvert par une sacristain sur le seuil de sa maison. Comment ? Pourquoi ? L'homme interloqué décide d'avertir la police. Un digne émule de Maigret devra redoubler d'ingéniosité pour dénouer les fils de cette étrange affaire.

  • Le lecteur est embarqué dans l'est de l'Europe aux côtés d'Yvan, d'Irina et du lieutenant-colonel Timeshko qui livrent un combat sans merci pour le contrôle de l'approvisionnement du gaz de la mer Caspienne vers l'Ouest. La concurrence entre Européens et Russes dans ce domaine est mise en lumière dans ce roman d'espionnage industriel sombre et palpitant. Dévoilant au passage les dessous des services de renseignements russes.
    Alexandre Delcommune participe à la mise en place du programme de financements de projets environnementaux et énergétiques ELENA (European Local Energy Assistance) au sein de la Banque Européenne d'Investissement à Luxembourg.
    Expert du projet de gazoduc Nabucco, dont il a fait un sujet de fin d'études, il fait partie d'un grand groupe pétrolier et gazier. Il écrit donc en toute connaissance de cause.

  • La Bergerie, un établissement évangélique comme on en trouve peu : une secte à dire vrai.
    Charlie Vincent, fille unique, nourrisson, y est placée. Elle y restera 18 ans et y connaîtra tout.
    À la Bergerie, le secret est partout et le silence, un choix. Jusqu'à aujourd'hui.

  • Plongez au coeur d'une histoire d'amour brûlante d'actualité, celle d'une femme, éprise de vrai, d'un homme à l'activité controversée, accusé d'évasion fiscale !
    Singulier, analytique et poétique, le récit conte la vision de cette dernière, habituellement conquise par le juste et l'essentiel, qui rencontre son contraire en un être fasciné par le nébuleux, l'apparat et le danger.
    Par passion, avec abnégation, elle le décortique, décrypte son fonctionnement et s'adapte plus que de bonne volonté, s'employant même à faire l'impasse sur elle-même pour sauver son adoré de la suffocation. Embourbée, sentimentalement, dans les méandres judiciaires de son bien-aimé, elle avance, à ses côtés, subit souvent, avec dévouement - comme si de rien n'était - jusqu'à ce que...
    Diplôme de notaire en poche et titulaire d'une formation en neurolinguistique, Charlotte Tykoczinsky a vite délaissé sa profession pour s'adonner à sa vocation : l'écriture.
    Sondant les affres de l'amour, nageant avec témérité dans les remous pour extraire l'instant précis où tout bascule, l'auteure atteint la pulpe à vif d'une relation ardente. Par l'introspection, elle avoue l'inavouable, un sentiment éperdu qui fait fi de la honte et nous délivre ce cantique des cantiques des temps modernes.

  • Aujourd'hui considéré comme l'un des plus grands écrivains français, Alfred de Musset ne pouvait jouir de cette étiquette de son temps.
    En 1840, arrivé dans un gouffre déserté par l'inspiration, Musset se laisse dépérir dans son appartement depuis seize mois. Gustave, éditeur et meilleur ami du poète, tente de le réveiller de cette léthargie qui s'apparente à une mort artistique afin qu'il se relève et écrive à nouveau. De cette confrontation naîtra un poème « Une soirée perdue ». L'inspiration trouvée pour écrire ces quelques lignes ne sera pas sans conséquences...
    Dans cette pièce, l'auteur relate les trois jours où la vie de De Musset a basculé, notamment au contact d'une certaine George Sand...
    À la croisée de l'histoire et de la littérature, cette pièce de Gaspard Champetier imagine les ressorts d'une rencontre, ces liens noués à l'occasion d'une collision des coeurs.

  • Dans cette première pièce de théâtre audacieuse, Christophe Dupuis nous emmène sur les pas d'un spécialiste de la biologie arctique et d'une artiste contemporaine reconnue, embarquant ensemble pour une expédition d'observation des ours polaires. Tout les oppose et pourtant, ils seront confrontés l'un à l'autre dans un huis clos passionnant, où un événement tragique de leur passé les reliera contre toute attente... et au péril de leur propre vie.
    Rêver à de vastes étendues alors que l'on doit s'enfermer en raison d'une pandémie, qui ne l'a fait ? L'auteur a transformé ce désir en un texte qui nous emporte dans les paysages et les mystères du Svalbard.
    La forme dramatique s'est naturellement imposée à Christophe Dupuis qui, depuis une quinzaine d'années, participe à l'aventure d'une troupe de théâtre en amateur.

  • À seulement vingt ans, Laura Amorosi délivre ce recueil de fictions alphabétique. Vingt-six nouvelles, vingt-six univers très variés qui se suivent comme les lettres de l'alphabet, explorant le réel, l'imaginaire et leur frontière, nous faisant voyager dans le temps pour nous faire revivre des moments marquants de l'Histoire aux côtés de ses personnages uniques et hauts en couleurs. Des textes qui donnent à réfléchir tout en étant divertissants : pari réussi.
    Formée à la danse et à sa discipline, Laura Amorosi s'empare avec la même virtuosité de la forme de la nouvelle. Plongeons à sa suite dans ces moments de vie.

  • 6 juin 1944 - Après des années d'un entraînement intense, Jean participe au débarquement. Souhaitant plus que tout libérer son pays, il doit, avec ses camarades, participer à des luttes acharnées. Mais le combat se mène aussi de l'intérieur et Marguerite, elle, s'engage dans un réseau de résistance. C'est au manoir de Tyrel que les routes de ces deux jeunes Français vont se croiser et que le passé va ressurgir.
    Fruit d'un important travail de recherche et de l'amour que porte Aude Triollier à la Normandie, ce premier roman au style épuré et fluide entraîne le lecteur à la découverte de la guerre par l'intermédiaire de gens sincères aux destins vacillants.

  • 2040, Europolis. Cette ville du sud de la France apparaît comme une oasis de paix dans son pays en proie à de graves tensions économiques et sociales. Théo, écolomiste chargé par l'Europe d'identifier les ressorts tenus secrets de cette étonnante réussite, subit dès le début de sa mission une tentative d'assassinat, et découvre qu'il n'est pas le premier à qui cette cité porte malheur... Qui est derrière tout cela ? Et que se passe-t-il au Manège, cette énorme entreprise vue par tout un chacun comme le fer de lance de l'économie locale ?
    François Valette, ingénieur chimiste et docteur en Sciences Physiques, ancien élève de l'Institut d'Études Politiques de Paris, a fait l'essentiel de sa carrière au CNRS en tant qu'économiste responsable d'importants contrats de recherche financés par la Commission Européenne visant des problèmes de développement local ou régional traités par divers types de modèles. Il est également l'auteur de recueils de poèmes et de nouvelles, ainsi que d'un essai sur le partage du travail.

  • Né quelques mois après la catastrophe de Tchernobyl, César Luce voit le jour avec une santé défaillante. S'ensuit une enfance sombre, compliquée par une surdité apparue à ses trois ans et une tendance autistique. Adolescent et découvrant son homosexualité, il devra apprendre à embrasser et apprécier la personne qu'il a construite dans la douleur, la tête haute et le regard tourné vers la liberté.
    S'affranchir du regard pesant des autres pour, enfin, accéder à l'autonomie. C'est tout l'enjeu de ce témoignage porté par la plume sincère de César Luce

  • Oublié de ses fidèles, Zeus décide de prendre la plume pour retracer sa vie, relater ses amours et ses combats. Et le roi de l'Olympe n'est pas avare en révélations !

  • "Ma jeunesse heureuse comme bergère peule nomade au Mali décrit ma vie de ma petite enfance à mon premier mariage en 1988, à l'âge de 18 ans. Le récit est centré sur le ressenti de bonheur du début de cette période mais aussi sur les chamboulements liés à mon passage à l'adolescence. Il marque le début des convoitises jusqu'à mon mariage arrangé par mes parents, mais aussi la dramatique sécheresse et la famine de 1985.

    Olivier Lebret, mon mari, a su transcrire mes propos au fur et à mesure que les souvenirs sourdaient du plus profond de ma mémoire, en provenance de cette magnifique région montagneuse du Gandamia au Mali."

    Aye Diallo


    En 2010, Aye Diallo se retrouve dans le film Fleur du désert de l'ancien mannequin somalien, Waris Dirie. Son passé de jeune bergère nomade est très proche de l'univers que décrit Waris Dirie. Aye Diallo ressent un déclic. Une voix intérieure l'aide à trouver l'énergie et le courage d'écrire sa propre histoire.

  • Elise Boyer laisse les jeux de mots et de langue danser dans ces pages hybrides, slam et poésie, en un savoureux mélange qui pétille en noir et blanc. L'autrice nous ouvre la porte de son univers, qui laisse entrevoir son âme toute vraie, et plonge sans hésitation dans l'imaginaire, sans reprendre son souffle. Le maître mot de tous ces mots-là : une désarmante sincérité.


    Manier le verbe comme une glaise que l'on modèle à sa guise, Elise Boyer éprouve ce frisson que peut donner la phrase juste, la rime tranchante qui, seules, restituent intacte l'émotion. Lorsque la voix s'étrangle, la poésie est son exutoire, sa catharsis.

  • Avec « La queue du lézard », Muriel Batave-Matton nous livre le septième opus d'une fresque humaine orchestrée de main de maître. On y retrouvera d'un côté Anne, sur le point de prendre sa retraite, et de l'autre Mathieu et Pauline, qui se questionnent sur le déroulement de leur futur. Quel est le rôle de la transmission, dans ces relations ? On observera à travers ces personnages aux émotions bien réelles, ciselées avec finesse, un cycle sans cesse renouvelé, celui de la vie humaine qui se prolonge à l'infini, déjouant la mort, au propre comme au figuré.
    Muriel Batave-Matton reste fidèle aux auteurs réalistes du XIXème siècle qui ont baigné sa jeunesse et ses études littéraires. Analyste éclairée de ses semblables, elle excelle à traduire les sentiments de ses personnages avec lucidité et pertinence. Son écriture rythmée nous emporte dans son élan, de la première à la dernière page.

  • L'addiction alcoolique, une maladie encore sous-estimée, entraîne sa victime dans le cercle infernal de la solitude et de la dépression. À travers ces pages, l'auteure fait part de son expérience, sans fard, et nous confie que l'espoir est là, bien vivant, recroquevillé dans un coin. En acceptant aide et accompagnement thérapeutique, on peut trouver la force de le laisser se déployer pour enfin quitter l'enfer.
    Terrassée par le décès de son époux, Séverine Bizeau a sombré, un temps, dans cet enfer. L'art-thérapie a été non seulement sa bouée de sauvetage mais aussi son guide sur un nouveau chemin de vie. Transposition de son mémoire d'études, cet ouvrage propose chiffres et pistes de réflexion ainsi qu'une immersion saisissante dans la contrée de la dépendance.

  • 2065. Les animaux ont tous été placés dans des réserves où ils vivent heureux loin des Hommes. Du moins, c'est ce qu'on a toujours dit à Nora... Mais alors, d'où vient cet oiseau blessé qu'elle vient de trouver ? Avec l'aide d'une ancienne vétérinaire, Nora va tenter de sauver son petit protégé et mener l'enquête pour comprendre ce qui est réellement arrivé aux animaux, quitte à se mettre elle-même en danger.
    Cécile Magnan est vétérinaire équin dans le Gard. Engagée, militante, elle a transformé sa ferme en maison de retraite pour animaux de cirque. À l'heure où le bien-être animal fait souvent la une de l'actualité, elle s'interroge sur la manipulation des émotions et le harcèlement qui fleurissent à ce sujet sur les réseaux sociaux. « Le zèbre rouge » est le fruit de cette réflexion. À travers ce thriller d'anticipation, elle partage ses craintes, ses doutes et ses espoirs face à cet avenir promis par les animalistes.

  • Comment se construire alors que l'on a subi, petite fille, des agressions commises par un prêtre, membre de la famille qui plus est ? Quelle réaction peut-on avoir alors que les adultes semblent ne nous accorder aucune importance ?
    Le chemin sera évidemment long et solitaire.
    Marie-Claire Silvestre est sortie du silence, passant du statut de victime à celui de témoin. Dans ce récit, elle évoque son enfance, ses ancrages, les stratégies qu'elle a mises en place pour sortir de l'horreur qu'aucun enfant ne devrait connaître.

  • Dans ce pamphlet humoristique, Bernard Assaiante s'attaque à l'actualité et à l'humain avec une sincérité corrosive, un humour bien senti qui fait rire, bien sûr, parfois franchement, parfois tristement, de soi ou bien des autres. Loin d'être moraliste, ce texte à la fois poétique et terriblement vrai nous parle, en jouant et même en dansant sur les mots, de nous, de nos peurs et de nos dérives, de notre présent et de notre futur.
    Éclectisme et curiosité, deux mots qui peuvent définir Bernard Assaiante. Mêlant l'autodérision et la fantaisie, sa prose rythmée nous emporte loin du quotidien. Sourire assuré.

empty