Religion & Esotérisme

  • Lors du premier et du second confinement, dans le silence de la vie bénédictine, et pourtant en lien étroit avec ses amis de l'extérieur, François Cassingena-Trévedy a consigné ses réflexions sur une situation qui a plongé le monde dans la sidération.

    À bonne distance des controverses politiques, il interroge ici les chrétiens sur le sens de la foi, leur rapport à l'Eucharistie, dans des périodes où ils n'y ont plus accès, la relation au corps et à la sexualité, mais s'adresse aussi à tous les citoyens sur le danger du fanatisme religieux à la lueur des assassinats de l'automne 2020 et sur notre sens du commun.

    Ce livre, arraché aux heures sombres que nous traversons, interroge sur ce qui nous anime profondément pour rendre possible en chacun une renaissance intérieure.

  • Le coran

    Anonyme

    Le Coran
    " Dieu est la lumière des cieux et de la terre. Cette lumière ressemble à un flambeau, à un flambeau placé dans un cristal, cristal semblable à une étoile brillante ; ce flambeau s'allume de l'huile de l'arbre béni, de cet olivier qui n'est ni de l'Orient ni de l'Occident, et dont l'huile semble s'allumer sans que le feu y touche. C'est une lumière sur une lumière. Dieu conduit vers sa lumière celui qu'il veut, et propose aux hommes des paraboles ; car il connaît tout. "
    Coran 24, 35
    Traduction de Albert Félix Ignace de Biberstein Kasimirski
    Préface de Mohammad Ali Amir-Moezzi

  • Face au djihâdisme meurtrier, les consciences du monde musulman se sont indignées : "pas en mon nom", ont-elles crié pour refuser la confusion entre la barbarie de cet islamisme et la civilisation de l'Islam. Mais cette indignation est-elle suffisante ? Ne faut-il pas aussi que le monde musulman se remette en question ? Qu'il se demande pourquoi le monstre terroriste a choisi de lui voler son visage plutôt qu'un autre ?

  • Le sexe des âmes : aléas de la différence sexuelle dans la cabale Nouv.

    La cabale a développé au sein du judaïsme un vaste réseau d'interprétations qui a ­ permis l'édification d'un système accordant place et reconnaissance religieuse aux formes multiples de l'identité sexuelle, à la bisexualité, aux distorsions entre le «sexe des corps» et le «sexe des âmes» et à une économie complexe du désir, dont nos sociétés contemporaines sont également le reflet. C'est ce réseau que Charles Mopsik a exploré, à travers l'étude des écrits de grands cabalistes, tels que Hayyim Vital, Isaac Louria, ou Abraham ben David de Posquières. Ces essais que Charles Mopsik (1956-2003) avait voulu rassembler en volume, suite à son édition du Secret du mariage de David et Bethsabée de R. Joseph ­Gikatila (L'éclat, 2003), donnent toute la mesure de son génie paradoxal.

    Charles Mopsik (1956-2003) a transformé profondément les études juives en France à partir de ses premières traductions des grands textes de la tradition et en particulier celle du Zohar, restée inachevée. Ses ouvrages témoignent d'une oeuvre d'une extraordinaire liberté et richesse d'esprit. Il disparaît prématurément à 46 ans. L'éclat à également publié ses Chemins de la cabale. 25 études sur la mystique juive (2004) et son édition du Secret du mariage de David et Bethsabée de J. Gikatila.

  • Dans le silence de l'amour Nouv.

    Plus qu'un témoignage intime, ce troisième volet autobiographique d'Agnès Stevenin est une transmission qui agit par les mots, mais aussi par l'énergie vibratoire qu'elle diffuse. L'autrice nous accompagne dans la pacification de notre être,
    grâce à sa familiarité avec une autre réalité.
    « Dans ma pratique, l'aspect féminin - et plus particulièrement maternel - est prédominant. Je n'ai rien fait pour être ainsi, cela fait partie de ma nature. Je suis touchée au plus profond, car je vois la vulnérabilité de la personne, je vois ses fragilités, et, comme une maman, je viens la soulager. Lorsque je soigne, je me laisse emplir tout entière par une énergie merveilleuse, que je ressens comme l'énergie de la grande Mère. Énergie d'amour, de compassion, de bonté, énergie qui enveloppe, qui met la personne dans un cocon de bien-être et de sécurité. »
    « Dans le silence de l'amour... Ces quelques mots, en parfaite adéquation avec la thématique que je désire développer dans ce livre, me maintiennent dans la vibration pure de ce qui se vit lors des plus belles séances de soin, dans un espace de grâce absolue, de bonheur donné et reçu, d'enchantement partagé, de plénitude de l'âme et du corps, puisque ces deux dimensions n'en sont qu'une, celle qui nous constitue. »
    Agnès Stevenin a découvert son don de guérisseuse à l'âge adulte. Devenue énergithérapeute, elle met, depuis près de vingt-cinq ans,
    ses facultés au service des autres, dans l'accompagnement à la guérison physique, émotionnelle et spirituelle. Sa pratique, fondée sur la canalisation des forces de lumière, n'est pas un travail « sur » l'énergie d'une personne, mais une aide à sa réconciliation avec elle-même, pour s'alléger, s'élever. Elle a également publié De la douleur à la douceur et Splendeur des âmes blessées.

  • Le ramayana - conte selon la tradition orale Nouv.

    Le Râmâyana est, avec le Mahâbhârata, l'autre grande épopée indienne. Le noble Râma, incarnation de Vishnu et époux de Sîtâ, est l'héritier de la dynastie solaire. Une intrigue de palais poussera ce couple idéal à l'exil, puis à la séparation... Râma, aidé d'une armée de singes et d'ours, arrachera-t-il sa bien-aimée aux griffes des démons ? Si l'honneur, la justice et le destin sont centraux, ils cèdent souvent le pas à l'amour conjugal ou fraternel, à l'amitié, au ravissement de la nature. Aux moments de tragédie pure succèdent les envolées lyriques, voire les épisodes burlesques.
    Serge Demetrian, qui maîtrise parfaitement les différentes versions du texte original, a vécu plus de vingt-six ans en Inde. S'inspirant des conteurs traditionnels de l'Inde du Sud, il nous offre une version du Râmâyana au suspense haletant, qui nous transporte au coeur de l'âme indienne.

  • L'Evangile selon Thomas fut découvert en 1945 aux environs de Nag Hammadi.
    C'est une collection de 114 logia ou "paroles nues" attribuées à Jésus le Vivant.
    Cet Evangile fut diversement reçu parla critique, si bien qu'à peine sorti de terre, il fut de nouveau recouvert par le sable mouvant des gloses et des polémiques...
    Mais la parole respirait sous la cendre...
    II importait d'y retrouver l'étincelle cachée afin d'y réveiller - comme au jour de Pentecôte - le feu de son âme.
    Cette nouvelle traduction, suivie de son commentaire, n'a pas d'autre but. Elle est dédiée à tous ceux pour qui Evangile signifie Amour et Connaissance, invitation à la Liberté.

  • Y a-t-il une philosophie chrétienne ?
    Les trois courts et passionnants essais réunis ici explorent les différentes questions que soulèvent, dans l'univers du christianisme, les relations controversées de la philosophie et de la religion. Foi et raison sont-elles exclusives l'une de l'autre ? La raison n'aurait-elle rien à apporter à la subjectivité de la foi ? Peut-on se passer de croyances ? Science et foi sont-elles nécessairement en conflit ? Que prouvent les " preuves " de l'existence de Dieu ? Et si Dieu existe, pourquoi le mal accable-t-il le monde ? Défendant la fécondité du dialogue entre raison et foi, Denis Moreau ne se contente pas de rendre compte de l'histoire de ce débat. Il montre en quoi le christianisme constitue une ressource philosophique, et ce que la foi peut gagner en s'adossant à la raison : la philosophie chrétienne n'est donc pas un impensable, ni une sous-philosophie.
    Denis Moreau
    Agrégé et docteur en philosophie, il est professeur de philosophie à l'université de Nantes. Il est notamment l'auteur de Pour la vie ? (Seuil, 2014), Mort, où est ta victoire ? (Bayard, 2017) et Comment peut-on être catholique ? (Seuil, 2018).

  • L'histoire des religions est une discipline au croisement de plusieurs champs, distincte de la théologie et de l'histoire religieuse. Elle appartient en propre à l'univers de la pensée occidentale. Et à ce titre, elle est profondément influencée par le christianisme.

    Ce sont justement les origines et l'histoire chrétiennes de la notion de religion que démontre dans un premier temps cet ouvrage. Les impasses et les contradictions majeures auxquelles sont confrontées les approches traditionnelles de l'histoire des religions sont alors mises au jour.

    Daniel Dubuisson poursuit son parcours critique en introduisant dans un second temps le récent courant anglo-saxon largement méconnu en France des critical studies of religion. Citons parmi les auteurs étudiés : T. Asad, T. Fitzgerald, R. King, D. Chidester,

    D. Wiebe, R. T. McCutcheon. Leurs concepts et leurs méthodes, ici présentés, contribuent à déconstruire les arguments pseudoscientifiques circulaires expliquant la religion par la religion (M. Eliade, R. Otto).

    L'homo religiosus est ici démythifié, lui qui se définissait par son instinct religieux inné et son appartenance à la culture occidentale. Parallèlement, la fonction normative du christianisme à l'égard des autres formes de croyance est dénoncée. La question du pouvoir est ici centrale, l'arme religieuse participant à la " violence épistémique " propre au colonialisme.

    Daniel Dubuisson ouvre avec cet essai de stimulantes nouvelles perspectives.

  • Dans la vie, chacun est appelé à découvrir la mission unique et personnelle qui donne un sens à toute son existence.

    Cette mission peut revêtir diverses formes celle d'un idéal à poursuivre, d'un but à atteindre, d'un désir profond et persistant. Elle est une inclination intérieure inscrite au plus profond de soi que les contraintes sociales nous empêchent trop souvent de respecter.



    Jean Monbourquette propose des exercices pour apprivoiser la peur du changement, pour apprendre à se détacher du passé, à cerner nos aspirations les plus profondes et trouver la force de les concrétiser.

  • Vivre et mourir sans se départir de son courage et perdre son honneur est au coeur du Hagakure, une série de textes écrits par un samouraï du XVIIIe siècle, Yamamoto Tsunetomo. Ce livre est une fenêtre ouverte sur l'esprit du samouraï, éclairant le concept de bushido (la Voie du guerrier), qui précise la manière dont les samouraïs devaient se comporter, se discipliner, vivre et mourir. Alors que pendant de nombreuses années, le Hagakure demeura un texte secret, connu uniquement des samouraïs au service du clan Nabeshima auquel appartenait l'auteur, il fut plus tard reconnu comme un grand classique de la pensée du samouraï.
    À l'origine, le Hagakure était composé de plus de 1300 textes courts que Tsunetomo dicta à un jeune samouraï sur une période de sept années. William Scott Wilson a sélectionné et traduit ici 300 des textes les plus représentatifs pour créer un ouvrage plus accessible, un guide du samouraï. Aucun autre traducteur n'a su rendre ce texte avec autant de profondeur et d'érudition. Wilson éclaire le Hagakure sous un jour différent : Tsunetomo fait référence au bushido comme à « la voie de la mort, » une description qui a engendré une fascination morbide chez ses lecteurs, particulièrement pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais à l'époque de Tsunetomo, le bushido relevait d'un concept plus nuancé qui était étroitement lié au concept zen de muga, la « mort de l'ego ».
    L'introduction de Wilson fournit l'arrière-plan historique et philosophique pour une lecture plus métaphorique du Hagakure.
    Tsunetomo YAMAMOTO (1659-1719) est samouraï dans un des plus grands clans du Japon, les Nabeshima. À la mort de son seigneur en 1700, il choisit de se retirer dans un monastère afin de prier pour le repos de son défunt seigneur et ainsi continuer de le servir. Son livre Hagakure fut traduit dans nombre de langues et inspira même un film hollywoodien.
    William SCOTT WILSON titulaire de licences en sciences politiques et en langue et littérature japonaises, entreprit des recherches approfondies sur la philosophie de l'ère Edo (1603- 1868) à l'université préfectorale de Aichi au Japon. Entre autres traductions, Wilson est l'auteur du Livre des cinq roues, du Sabre de vie, de L'Esprit Indomptable. Il réside aujourd'hui en Floride et se rend régulièrement au Japon pour ses recherches et pour son plaisir personnel.

  • Quelle est la signification symbolique de l'abeille, du bouc, de la croix, de la lettre O ou du chiffre 1 ?
    Nous vivons dans un monde rempli de symboles. En art et en littérature, mais aussi en politique, dans les techniques ou dans la publicité, les références symboliques sont nombreuses. Ce petit livre met l'accent sur 200 symboles, classés par ordre alphabétique, qui ont un sens pour nous. Issus de différentes cultures (mythologie, Egypte ancienne, mais aussi tradition chrétienne et païenne, Ancien régime ou France impériale), leur signification est ancrée dans notre inconscient. Fabrizio Vecoli décrypte ces symboles et explique leur origine et leur signification, qui évolue selon les époques. Chacun des symboles est illustré par un dessin au trait.

  • La lumière de l'intellect dont nous donnons une édition du texte hébreu et une traduction enrichie de 1800 notes, est un livre d'une très grande complexité, mais qui pourrait être résumé ainsi : L'influx divin instruit l'homme de ce qu'est le monde dans sa totalité à travers le langage sous tous ses aspects: lettres de l'alphabet (formes, ordres, permutations, combinaisons, etc.) signes des voyelles (durée, sonorité, place etc.), grammaire, syntaxe, temps des verbes. En pénétrant les secrets d'une langue, on parvient par des jeux de langage et d'écriture à comprendre le fonctionnement des planètes, à connaître les secrets du divin, à comprendre les mystères de l'homme. Mais cette connaissance ne peut s'acquérir qu'à la lumière de l'intellect et la seule foi aveugle n'est bonne à rien.

    Abraham Aboulafia (1240-1292?) est un cabaliste espagnol du 13e siècle. Son oeuvre n'a été publiée en hébreu que récemment mais ses écrits ont été recopiés par des générations de disciples. Il en existe des versions latines lues par Pic de la Mirandole. Sa vie ne manque pas d'anecdotes dont la plus célèbre est sa visite au Pape Nicolas pour lui demander de cesser de persécuter les juifs. Le jour de son arrivée à Rome, on lui annonce que dans la nuit le pape est mort, ce qui le sauve du bûcher.

  • Le sort tragique des martyrs chrétiens a entraîné une vénération de leurs dépouilles, qui s'est étendue aux saints moines et moniales et aux fondateurs d'ordres religieux. Peu à peu, une galerie de " grands témoins " s'est constituée, rassemblant des milliers de saints : martyrs et confesseurs, moines et docteurs, pieux laïcs et saintes femmes. Par le témoignage de leur vie, leur prédication ou leurs actes de charité, les saints ont rempli le paysage cultuel du christianisme : lieux-dits, prénoms, patronymes... jusqu'aux gares et aux stations de métro, les noms des saints sont devenus familiers. Entre légende et histoire, ce grand dictionnaire entreprend de les faire mieux connaître avec plus de 300 entrées, d'Aaron à Zénon de Vérone : saints et bienheureux catholiques et orthodoxes, d'Orient et d'Occident, mais aussi grands témoins anglicans et protestants.

    Un dictionnaire monumental et unique afin de mieux comprendre, au plus près de la vérité historique, la personnalité, les écrits et la postérité de ces hommes et de ces femmes dont la vie a été retenue comme exemplaire par leurs contemporains et dont la mémoire est parvenue jusqu'à nous.

  • Dans la société juive, la coutume est le résultat de pratiques quotidiennes et de discussions rabbiniques accumulées au fil du temps. Comme l'écrit le Talmud: la coutume efface la loi. Elle devient alors la règle d'autorité pour la collectivité. De nombreux Livres des coutumes furent publiés entre le 14e et le 17e siècle et celui de Guenzburg, paru à Venise en 1589, a été rédigé en yiddish. Il est ici traduit pour la première fois et présenté par Jean Baumgarten : Quelle est la place de la coutume dans une communauté contrainte à se déplacer pour échapper aux persécutions? 1) Qui seraient aujourd'hui les auteurs de sifrei ha-minhagim d'un judaïsme en situation de crise dans la diaspora et en Israel ? C'est l'originalité de ce livre qui mêle érudition et interrogation existentielle.

    Jean Baumgarten (CNRS) est spécialiste du monde ashkénaze et du hassidisme et il est l'auteur chez Albin Michel de Histoire d'une langue errante, 2002; La Naissance du hassidisme, 2006; Le Baal Shem Tov, 2020. Il a publié à l'éclat en 2018: La Légende de Yosef della Reina, et co-écrit (avec Patricia Farazzi) la Vie imaginée de Shimon guenzburg, Éditeur typographe du xvie siècle, à partir de sa correspondance avec tirzah adelkind, jeune fille vénitienne, qui paraît en même temps que ce livre.

  • Le bouddhisme s'implante en Occident - le fait est incontestable : encore faut-il comprendre ce qu'il signifie et en mesurer la portée. Le succès du bouddhisme révèle peut-être en creux ce qui manque à l'Occident, ou en tous cas ce qu'il recherche aujourd'hui, au-delà ou en dehors des formes traditionnelles de religion. Mais de ce fait, le bouddhisme est confronté à des questions nouvelles : la démocratie, la laïcité, le féminisme, le christianisme... Comment se situe-t-il par rapport à ces interrogations ? Peut-il apporter ses propres réponses ? De son côté, l'Occident, qui a lui-même une riche tradition religieuse, n'a que faire d'une religion de plus : c'est pourquoi il contraint le bouddhisme à dire simplement ce qu'il est, au-delà des rituels et des habitudes confessionnelles. La rencontre de ces deux univers est donc pour le bouddhisme l'occasion de se renouveler, mais surtout de se dévoiler.
    Ce livre décrit et interprète cette rencontre culturelle et spirituelle. Il s'adresse évidemment aux bouddhistes, mais surtout à tous ceux qui ne le sont pas.
    Fabrice Midal, est docteur en philosophie, titulaire d'un DEA d'histoire de l'art, chargé de cours à l'université Paris VIII.Il enseigne par ailleurs le bouddhisme dans de nombreuses institutions. Membre du conseil d'administration de l'Université bouddhiste européenne et directeur de collection chez Pocket, il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Trungpa, Mythes et Dieux tibétains, La Pratique de l'éveil, L'Esprit de la chevalerie...

  • Les psaumes ont une place centrale dans la Bible.
    Ils sont intemporels, universels.
    Ils disent une expérience personnelle et collective où se bousculent la souffrance et le bonheur, mais aussi la mémoire, le désir et l'espérance.
    On peut se retrouver dans chacun d'eux.
    Cette éphéméride spirituelle propose des versets à méditer chaque jour.

  • Dans Le lumineux destin d'Alexandra David-Néel, j'ai voulu, surtout, respecter le rythme de ce destin galopant. C'est d'ailleurs l'un des secrets de cette vitalité alexandrine qui tient du prodige : Mme David-Néel ne s'est jamais arrêtée. Comment en aurait-elle eu le temps ? Elle s'incarna, en une seule existence, en tant de personnages : anarchiste, bourgeoise, bouddhiste, cantatrice, orientaliste, exploratrice (elle fut la première Parisienne à pénétrer à Lhassa, en 1924), journaliste, écrivain... Comment aurait-elle pu perdre un instant, alors que sa vie, sa vraie vie selon ses plus profonds désirs, ne commença qu'à quarante-trois ans ? Quelle leçon de patience et d'endurance ! Bondissant sans cesse en avant, sans cesse en mouvement, même quand on la croit immobilisée à sa table de travail, celle qui, centenaire, faisait, à l'étonnement de son entourage, renouveler son passeport, n'a consenti à se reposer qu'en consentant à mourir, en 1969. Et encore, rien ne prouve que la mort, pour Alexandra, soit un repos éternel !

  • En Occident, on dit facilement d'un tel qu' "il est trop poli pour être honnête". On préfère penser, en Chine, qu' "on ne vous en voudra jamais d'être poli". Là, les maximes délivrant une règle de conduite, les préceptes destinés à fixer le cour des choses, les sentences qui impliquent un jugement, bref, les proverbes, constituent à leur manière un vade-mecum mental, quasi inconscient, des comportements sociaux et des mentalités depuis les temps les plus reculés. L'art du discours en Chine s'est toujours plu à recourir aux maximes et aux sentences, et Mao Tse-toung lui-même n'a pas manqué de recourir à cet héritage proverbial très largement populaire. Il est vrai, selon un sage récent, qu'il "n'y a pas de proverbes creux dans l'Antiquité"...
    Et il ne faut pas oublier, en méditant les quelques quinze cents proverbes classés en 19 rubrique, de ce livre, que " sur dix proverbes, cinq sont vrais ".

  • Également appelée Les chatons des sagesses (car les « formes » spirituelles des différents prophètes sertissent la sagesse divine, comme le chaton sertit la pierre précieuse), cette oeuvre a marqué l'histoire du soufisme et de l'islam profond. Chaque chapitre est dédié à un des prophètes mentionnés dans le Coran, en commençant par Adam - considéré en islam comme prophète - jusqu'à Mahomet qui « scelle » la prophétie universelle. La chaîne coranique des prophètes comprend aussi le Christ et certains prophètes des anciens peuples d'Arabie, comme Salîh et Hûd, que les écritures judéo-chrétiennes ne connaissent pas. La base et le point de départ de chaque chapitre est un passage de l'écriture, le plus souvent une parole que le Coran prête à l'un des prophètes. La sagesse des prophètes constitue le testament spirituel de celui que tous les soufis nomment le « vivificateur de la religion ».

  • Le gardien du feu ; message de sagesse des peuples traditionnels Nouv.

    Depuis maintenant des décennies, Pierre Rabhi mène un incessant combat pour la réhabilitation des cultures traditionnelles ' cultures au sens agricole du terme, comme au sens spirituel. Homme du concret, il s'est révélé également un admirable conteur dans le récit de son parcours hors du commun, Du Sahara aux Cévennes, et dans ses Paroles de terre, véritable roman de l'âme africaine. Avec Le Gardien du feu, on navigue encore dans des eaux frontalières où s'interpénètrent le mythe et l'histoire, les rites traditionnels et les problématiques urgentes d'aujourd'hui. La vie du jeune Ahmed, de son père Moussa le forgeron, de leur famille et de leur village nous est décrite dans une fresque où chaque bruit, chaque odeur apporte sa note singulière. Les contes de sagesse véhiculés par la mémoire populaire s'entrechoquent avec le danger présent de la désertification, avec une culture en perdition, trésor sans prix qu'il appartient aux hommes de sauver.
    Il faut écouter ces histoires qui nous parlent de notre histoire à tous. Il faut écouter l'appel de Pierre Rabhi, cet homme qui infatigablement, sans jamais élever le ton de la voix, tente de hausser le niveau de notre humanité.

  • Reprenant où se terminait le tome 3 de la trilogie Conversations avec Dieu, mais avec vingt ans de maturité plus tard, ce nouveau dialogue nous invite tous à nous impliquer dans l'éveil de l'espèce humaine sur Terre. Il contient également des révélations surprenantes sur notre avenir individuel et collectif sur cette planète - ce qui est précisément le but visé par ces échanges avec l'humanité.

    Le dialogue évolue...

    Au milieu de la nuit, le 2 août 2016, Neale Donald Walsch s'est vu entraîné dans un nouveau dialogue totalement inattendu avec Dieu, au cours duquel il a soudain été confronté à deux questions :

    La race humaine se fait-elle offrir l'aide d'êtres hautement évolués d'une autre dimension ?
    />
    Les humains sont-ils invités à s'unir dans une mission commune afin d'aider à créer un monde meilleur au cours de la période difficile qui s'annonce ?

    On lui a dit que la réponse à ces deux questions était oui.

    Seize exemples précis lui ont été donnés quant à savoir comment les êtres hautement évolués réagissent à la vie différemment des humains, et comment le fait d'adopter ne serait-ce que quelques-uns de ces comportements pourrait changer le cours de l'histoire du monde pour le meilleur - et pour toujours. Seize exemples à découvrir maintenant.

    L'ensemble de l'univers, le cosmos tout entier dans chacune de ses dimensions, est rempli d'êtres conscients, chacun étant habité du même désir - celui d'exprimer et de connaître sa véritable nature et sa véritable identité.

    Pour y parvenir, il faut d'abord vivre et connaître tous les aspects de l'être physique, et tous ceux de l'être immatériel, puis intégrer ces deux réalités.

    Et voici le grand secret que les êtres hautement évolués s'efforcent de partager avec nous : une intégration complète peut se produire à tout moment. Le processus peut être condensé.

    Une civilisation entière peut commencer à vivre comme une espèce éveillée dès qu'elle le souhaite.

  • Au cours d'un dialogue imaginaire avec l'aîné de ses petits-fils, l'auteur répond sans détours aux questions - que chacun peut se poser - au sujet de cette société réputée secrète et mystérieuse.
    Peu à peu se découvre un Ordre fondé sur la moralité, la tolérance et la fraternité, dont l'objet premier est de réunir les êtres humains en vertu même de leurs différences. Militant en faveur d'une réforme, qui rendra à la franc-maçonnerie son statut d'institution morale et en fera un instrument social utile au bien public, l'auteur n'en cache pas les paradoxes, dont le plus choquant est que la majorité des Loges persistent à ne pas accepter de femmes.
    Jean Somers, franc-maçon depuis 1963, a conduit les Travaux d'une Loge et a assumé des charges au sein de l'exécutif d'une Obédience. À l'origine criminologue issu de l'Université libre de Bruxelles, il est directeur honoraire à la Commission européenne. Il est l'auteur des ouvrages Le rêve du philosophe, Libres réflexions maçonniques et Rue Lessing, Vers la rénovation de la franc-maçonnerie.

  • Deuxième édition revue à l'occasion de la venue mi-juin 2015 de l'auteur John Shelby Spong à Paris pour la parution de Né d'une femme. Conception et naissance de Jésus dans les évangiles.
    John Shelby Spong, qui appartient à l'Église épiscopalienne des États-Unis (tradition anglicane), a été pendant vingt-cinq ans évêque de Newark dans le New Jersey. Dans son travail de terrain, il a très vite réalisé que le message sur Jésus était devenu confus, voire incompréhensible, pour beaucoup de femmes et d'hommes, rebutés par des textes enveloppés de mythes, de légendes et d'interprétations d'une autre époque. À partir d'une relecture des textes, il nous propose dans cet ouvrage un portrait du Jésus réel, à la fois prophète, porteur d'un message de fraternité et inventeur d'une voie dans laquelle le monde traditionnel du divin se trouve bouleversé. Il aborde avec la plus grande lucidité des sujets comme la naissance et l'enfance de Jésus, les miracles, la résurrection et l'ascension de Jésus. La version originale (Jesus for the Non- Religious, 1re éd. 2007 chez HarperCollins) s'est vendue à plus de cent mille exemplaires et a suscité un écho de grande ampleur dans le monde anglo-saxon.
    L'ouvrage de l'évêque J. S. Spong se situe dans la lignée des recherches qui, depuis le XIXe siècle surtout, ont entrepris de faire le tri, dans les quatre évangiles et les autres parties du Nouveau Testament, entre l'expérience faite en et avec Jésus et la culture alors disponible dont on s'est servi pour la dire. Cet énorme travail s'est encore accéléré dans la seconde moitié du XXe siècle, comme l'ont montré les livres de Jacques Giri, Les nouvelles hypothèses sur les origines du christianisme (Karthala, 5e éd. 2015), et de José Antonio Pagola, Jésus, approche historique (Le Cerf, 2012).
    Encore aujourd'hui, ce travail critique reste trop souvent entre les mains des exégètes et des spécialistes. Beaucoup de chrétiens, et de catholiques en particulier, n'y ont pas accès ou ne perçoivent pas les conséquences considérables que ces acquis devraient apporter dans les prédications et les homélies, dans la rédaction des catéchismes, dans les prises de parole des évêques et du pape et, tout simplement, dans la culture religieuse et les débats de société.
    En s'inscrivant dans ces traditions critiques, Jésus pour le XXIe siècle est un essai libre et franc pour donner sens et puissance à une vie de Jésus revisitée.

empty