Editions des Régionalismes

  • EPUB - MISE EN PAGE FIXE - A l'orée de la soixantaine, Henri Queffélec a déjà largement contribué par ses romans, ses essais et ses préfaces, à une «défense et illustration de la matière bretonne». Au moment où le monde de sa jeunesse prend irrémédiablement fin, il accepte de se livrer à un vagabondage armoricain en rédigeant une « Etude historique et artistique des hauts-lieux de la Bretagne, accompagnée de documents anciens, de photographies et d'une carte ». Ce texte comme ces images revêtent une précieuse valeur de témoignage sur l'Armor et l'Argoat à la fin des années 1960. Aujourd'hui, 50 ans plus tard, Eric Chaplain a suivi leurs traces au sens propre pour offrir au lecteur du XXIe siècle des photographies en couleur, comme des ricochets temporels qui font écho à la plume queffélécienne... (extrait de l'Avant-propos, d'Eric Auphan).
    Henri Queffélec (1910-1992) né à Brest, écrivain, essayiste. Il est considéré comme le romancier maritime français par excellence du XXe siècle, auteur de plus de 80 livres, dont beaucoup ont été inspirés par la Bretagne natale et la mer.
    L'Association des Amis d'Henri Queffélec et les Editions des Régionalismes ont prévu de rééditer l'ensemble de son oeuvre bretonne et maritime sur la période 2013-2023, à raison de trois ouvrages par an.
    Les sites présentés dans l'ouvrage sont : Carnac, la pointe du Raz, Saint-Malo, les sommets armoricains, les enclos paroissiaux, Le Folgoët, St-Pol-de-Léon, Vieux-Marché, Kermaria, Tréguier, Le Faouët, Sainte-Anne-la-Palud et Sainte-Anne-d'Auray.

  • Le Moyen Âge connut le temps des Cathédrales qui concerna toute la chrétienté, tant l'aspiration en la foi, la sublimation du Divin, la peur de la vie et de la mort revêtaient une importance extrême dans cette époques superstitieuses. On connaît moins le temps des Bastides qui n'intéressa dans leur forme spécifique que le midi de la France, alors partagée entre la suzeraineté du roi de France, celle du roi d'Angleterre-duc d'Aquitaine et de leurs vassaux respectifs. Ces fondations durèrent à peine un siècle et demi, mais sont caractéristiques d'une édification urbaine générale qui influa durablement sur la sociologie et la politique des états en perpétuels bouleversements.
    Plusieurs dizaines de villes neuves surgirent des sols que Français et Anglo-Gascons, ducs et comtes, se disputaient sur ce territoire morcelé en une foule de fiefs. Aujourd'hui, que reste-il de ces bastides adaptées aux conditions économiques et militaires d'alors, que sont-elles devenues après 700 ans d'histoire ? L'ouvrage tente de retrouver les traces de toutes celles qui furent fondées en Lot-et-Garonne, une soixantaine au bas mot. De nombreux documents sont perdus, leur souvenir effacé, mais après une enquête minutieuse, une réflexion approfondie, certaines d'entre-elles resurgissent, pour notre plus grand plaisir, des limbes dans lesquelles l'oubli les avait plongées...
    Serge Pacaud, historien et chercheur, a publié de nombreux écrits sur divers sujets concernant les départements aquitains et gascons. Dans ce livre, méticuleusement, il s'attache à retrouver les traces encore visibles des bastides du département de Lot-et-Garonne qui montrent le riche passé médiéval d'une région que se disputaient les maisons féodales et royales. Une nouvelle collection pour découvrir, département par département, les bastides de tout le Grand Sud-Ouest.



  • NB : Le fichier EPUB est disponible uniquement en version "MISE EN PAGE FIXE".


    Ces 54 balades conduiront le voyageur en Aragon, ce pays d'Espagne, ancien royaume, limitrophe (et quelque peu cousin) du Béarn et de la Bigorre. Par des balades variées de découverte des sites majeurs et incontournables de l'Aragon mais aussi des ermitages, des villages abandonnés et des paysages insoupçonnés qui offrent bien autant de joie et d'exotisme qu'un périple dans une lointaine contrée.
    Pierre Castillou, originaire d'Oloron-Sainte-Marie en Béarn, grand voyageur en plus d'être sculpteur et aquarelliste, complète ainsi ses pérégrinations sur le terrain et par livres interposés après celles des chemins de Saint-Jacques de Compostelle (chemin du Puy, chemin d'Arles) et celles des chemins cathares d'Occitanie.

  • Dans la première partie de cette Etude, j'ai essayé de faire connaître les origines historiques communes à la presqu'île et aux îles du Cotentin jusqu'à l'époque de la conquête de la Normandie par Philippe-Auguste. [...] J'ai désiré simplement rappeler aux lecteurs que les souvenirs de notre ancienne province intéressent, ceux de ces souvenirs qui se rattachent, d'une manière plus spéciale, à cette région, - autrefois si bien nommée le Clos du Cotentin, - que son isolement topographique et sa physionomie particulière permettent d'étudier à part.
    Nous ne sommes plus, en effet, au temps où l'on se contentait du récit rapide et superficiel des événements ; nous voulons les voir de plus près et en comprendre la signification, l'enchaînement et la portée. Les documents originaux sont devenus la base nécessaire de tout travail consciencieux. La perspective, en se rapprochant, a dû, dès lors, rétrécir son cercle ; les monographies ont remplacé les vues d'ensemble et ont mis en relief des détails qui, auparavant, malgré leur importance relative, étaient restés dans l'ombre... » (extrait de l'Avant-propos)
    Gustave Dupont, conseiller à la cour d'appel de Caen, membre de la Société des Antiquaires de Normandie, historien normand, a publié cette monumentale histoire du Cotentin entre 1870 et 1885.
    En voici, toujours en 4 tomes, une nouvelle édition entièrement recomposée.

  • Ces Contes d'un buveur de bière sont devenus, depuis leur publication initiale en 1868, un classique des contes populaires du « Nord », au même titre que les Lettres de mon Moulin pour le « Sud » et la Provence. En voici un nouvelle édition qui ravira toujours de nouveaux lecteurs, et même d'anciens qui y retrouveront certainement la nostalgie de leur jeunesse...
    Charles DEULIN était fils d'un tailleurs d'habits, né en à Condé-sur-l'Escaut (1827-1877). Poète, chansonnier, journaliste, il connaît la célébrité avec ses Contes d'un buveur de bière, auxquels il donnera une suite : les Contes du roi Cambrinus. On peut également citer parmi ses oeuvres : les Histoires de petite ville et les Contes de ma Mère l'Oye - oeuvre posthume -, précédant, d'ailleurs, celle de Ch. Perrault.

  • La grande traversée des Pyrénées : de Hendaye à Banyuls, en une seule et « Haute » Randonnée de l'Atlantique à la Méditerranée ! Partant des données que fournit le guide de la HRP (Haute Randonnée Pyrénéenne) du regretté Georges Véron, les deux randonneurs retravaillent leurs étapes de façon à avoir toujours de l'eau disponible le soir et, une fois l'organisation matérielle mise en place, ils se lancent...
    Du 13 juillet au 15 août 2005 : voilà le carnet de randonnée tenu au jour le jour par Cyril Renailler.
    Un témoignage à chaud, avec ses coups de gueule, ses énervements, ses fatigues, ses déceptions mais aussi ses émerveillements, ses victoires et au bout du compte la réussite du challenge.
    Mais c'est aussi un livre pratique pour qui veut s'engager dans cette aventure exceptionnelle et profiter de l'expérience ici acquise, expérience des erreurs commises ou évitées, des bonnes idées et des astuces trouvées.

  • Paru initialement en 1861, ce texte un peu inclassable est à la fois l'histoire de la naissance de Royan (station balnéaire qui acquiert son renom au milieu du XIXe siècle), et l'histoire - ô combien romantique ! - de Marguerite d'Emilien et de toute une société haute en couleurs. Imbriquant à merveille les deux thématiques, l'auteur nous mène à la découverte du « jeune » Royan de la Révolution, de l'Empire et des Restaurations, au sein d'une société coincée entre ses conservatismes étriqués hérités de l'ancien régime et des religions (catholique et protestante), et le modernisme - voire le progrès - qui pointe son nez... Tour à tour drôle, caustique, romantique, sérieux ou nostalgique, Eugène Pelletan, dans une langue toujours de haute tenue sans jamais être vieillie, nous plonge dans un passé à la fois passionnant et étonnant. Ne boudez pas votre plaisir, faites donc un retour dans le passé de Royan !
    Eugène Pelletan (1813-1884) est né à Saint-Palais-sur-Mer, près de Royan, en Charente-Maritime. Il suit des cours de philosophie, d'économie politique et de littérature à la Sorbonne et au Collège de France. élu député de l'opposition en 1863, réélu en 1869 et 1871, il est nommé vice-président du Sénat en 1879, puis sénateur à vie en 1884.

  • Editée originellement en 1844, cette étude historique sur cette petite ville normande du Pays de Caux est un classique pour qui veut découvrir, connaître ou approfondir l'histoire peu banale du Royaume d'Yvetot.
    Selon la légende, Gautier d'Yvetot, chambrier royal, s'enfuit de la cour de Clotaire Ier dont il s'est attiré l'inimitié. Dix ans plus tard, ayant pris soin de s'assurer des lettres de recommandation du Pape, Gautier d'Yvetot se présente devant le roi qui, rancunier, le tue séance tenante en pleine église de Soissons, un Vendredi Saint ! Le Pape Agapet Ier menace alors le roi d'excommunication et, pour faire amende honorable, Clotaire Ier aurait alors érigé la seigneurie d'Yvetot en royaume pour les héritiers de Gautier. Le fait est qu'en 1392, la seigneurie prend officiellement le titre de royaume qu'elle perdra en 1555, mais elle demeurera principauté jusqu'à la Révolution.
    L'ouvrage est complété par une promenade historique et biographique sur Yvetot et ses environs : Caudebec, Valmont avec son abbaye et son château, Saint-Wandrille et son abbaye. Un passionnant et complet ouvrage d'histoire locale !
    Alexandre Fromentine (1816-1874) est l'auteur de plusieurs ouvrages régionalistes sur la Haute-Normandie, et particulièrement la Seine-Maritime.

  • La Forêt des Ardennes a été publié, initialement, en 1896. C'est le fruit des recherches et des collectages de l'auteur : en quelque sorte une défense et illustration du pays ardennais, de ses spécificités réelles et légendaires, de son passé et de son présent de la fin du XIXe siècle.
    « C'est cette chose mystérieuse et troublante, l'Âme d'un pays, qu'on sent frémir à chaque page, dans la Forêt des Ardennes de M. Albert Meyrac. Le passé de cette belle région se réveille, et ses héros défilent sous nos yeux enchantés ; ses tours abattues se redressent au sommet des monts, tandis que les chênes séculaires, les hêtres gigantesques, tous les grands arbres innommés - sous lesquels les peuplades antiques croyaient la divinité plus près d'eux - viennent refleurir magiquement à la place des cheminées d'usines et des poteaux du télégraphe. Quelle aimable évocation, quel bain de poésie et de rêve ! Après avoir décrit les Ardennes actuelles, telles que peut les voir le géographe le plus scrupuleux, l'auteur nous fait pénétrer dans l'Ardenne fabuleuse et fantastique, dans cette forêt immense qui s'étendait, d'après la légende, des portes de Poitiers à celles de Constantinople. Et dans le mystère de ces solitudes, il nous montre tour à tour, comme dans une éblouissante féerie, les Gaulois, les Romains, les druides aux faucilles d'argent, les évêques aux crosses d'or, les chevaliers aux rudes cuirasses, les jongleurs aux violes légères, tandis que les follets dansent au clair de lune, ou que de grands chasseurs blancs courent dans les airs en faisant, au son d'invisibles cors, de barbares et prodigieuses battues... (extrait de la Préface de Jean Rameau).
    Albert Meyrac, né à Béligny (1847-1922), est un journaliste et folkloriste, d'origine landaise (Dax) - d'où la Préface de Jean Rameau, alors célèbre écrivain régionaliste gascon. Albert Meyrac est successivement journaliste à La Gironde à Bordeaux, au Réveil des Landes à Dax, au Patriote de l'Ouest à Angers, au Républicain de Cannes. En 1883, il devient rédacteur en chef du journal Le Petit Ardennais et le restera jusqu'à l'invasion allemande en 1914. Durant cette période, il se passionne, à l'instar du Breton Paul Sébillot son modèle, pour tout ce qui touche au folklore de sa région d'adoption : les Ardennes. Ses recherches, collectages et travaux divers donneront lieu à nombre de publications régionalistes : Traditions, coutumes, légendes et contes des Ardennes, comparés avec les traditions, légendes et contes de divers pays, préf. de P. Sébillot ; Contes du pays d'Ardennes ; La Forêt des Ardennes ; Villes et villages des Ardennes ; La légende des Quatre fils Aymon ; Géographie illustrée des Ardennes.

  • Sans être Ecossois je puis donner les mêmes raisons que M. Kenneth Macaulay pour avoir entrepris ce travail : en effet quoiqu'un Peuple composé de quatre-vingt-huit personnes, ne paroisse pas mériter au premier aspect qu'on daigne seulement jetter un coup d'oeil sur son existence, je pense comme lui, qu'il doit au moins nous intéresser autant que ces anciennes peuplades, dont quelques Historiens ont peut-être plutôt fait le Roman que l'Histoire [...] Les Kildiens sont nos compatriotes en quelque façon, puisqu'ils font partie du genre humain, dont nous sommes Membres ; ainsi nous devons prendre plus d'intérêt à leur sort qu'à celui des Phoeniciens, des Égyptiens, des Ioniens, &c. dont il ne reste aucune trace, & sur lesquels on nous a débité, probablement, bien des fables. La singulière position de Saint-Kilda, les particularités qui en résultent, son sol, le genre de vie de ses habitants, leurs moeurs, leurs coutumes bizarres m'ont engagé à sacrifier quelques heures de mes loisirs à faire passer dans ma langue une relation assez curieuse... (extrait de l'Avertissement, édition de 1782).
    Le R. P. Kenneth Macaulay (1723-1779), missionnaire sur place, est le second à publier, en 1764, une description des îles de Saint-Kilda (archipel perdu des Hébrides extérieures au large de l'Écosse), en 1764 (seule l'a précédée, la relation de voyage de Martin Martin en 1697). Marie-Geneviève Thiroux d'Arconville en donne une traduction française, publiée dès 1782. En voici une nouvelle édition, tout juste 250 ans après sa première publication en langue anglaise.

  • Précédant « l'Empire chinois » (qui relate son périple de retour) voilà la première partie de l'odyssée du père Huc à travers la Chine du milieu du XIXe siècle.
    Dans un style volontiers alerte et minutieux, le père Huc nous dépeint les contrées qu'il traverse, les moeurs et les coutumes de leurs habitants, la vie quotidienne des Chinois de toutes conditions...
    Toujours précis, parfois prémonitoire dans ses commentaires, cet ouvrage, "best-seller" au XIXe siècle, reste un des récits de voyage sur l'Extrême-Orient parmi les plus captivants qui soient avec le « 16.000 lieues à travers l'Asie & l'Océanie » d'Henry Russell-Killough.
    Régis-Evariste Huc, né à Caylus (Tarn-&-Garonne) en 1813, moine missionnaire en 1837, fait ses premiers pas en Chine dès 1840. Il va sillonner la Chine, la Mongolie et le Tibet jusqu'en 1852. Il décède à Paris en 1860.

  • En 1818, paraît ce qui est finalement un ouvrage de littérature « touristique » : un des premiers qui brosse un voyage somme toute banal : parti d'Agen, Saint-Amans traverse les landes jusqu'au Bassin d'Arcachon et remonte vers Bordeaux ! Mais voilà, on a entre les mains un témoignage pris sur le vif de l'existence quotidienne de nos ancêtres d'il y a deux cents ans ! témoignage forcément partiel et partial mais précieux et nostalgique sur un coin de terre de Gascogne qui paraissait alors aussi inconnu (voire plus) que la Patagonie ou l'Amazonie ! Laissez-vous porter dans ce retour dans le passé !
    Jean-Florimond Boudon de Saint-Amans (1748-1831), né à Agen, officier, homme politique, historien, botaniste. On lui doit des ouvrages - parfois précurseurs - sur les Pyrénées, une flore de l'Agenais, une histoire du Lot-et-Garonne, des Journaux de mer, etc. De 1800 à 1831, il sera président du Conseil Général du Lot-et-Garonne.

  • On est redevable à Eva Jouan (1857-1910) ce surnom de « la Bien-Nommée » que l'on rajoute désormais systématiquement au vocable de « Belle-Île-en-Mer ».
    Femme de lettres, poétesse native de Belle-Île, Eva Jouan est l'auteure, entre autres, de deux textes de prose relatifs à Belle-Île : un tour de Belle-Île, récit de son tour pédestre de l'île en quatre journées et ces Trois mois à Belle-Isle-en-Mer, récit plein de vie qui nous projette, il y a cent ans, dans l'existence d'une personne de qualité en villégiature sur Belle-Île, dans l'ancien fortin de la pointe du Bugul... C'est l'occasion de retrouver les fondamentaux du tourisme de l'île (déjà célèbre) mais également une incomparable et nostalgique atmosphère de cette Belle Epoque dans les îles, fussent-elles bretonnes...

  • En 1865, François-Marie Luzel fait paraître, dans la Revue de Bretagne et de Vendée, ses notes de voyages, sorte de reportage sur le vif au jour le jour, de ses diverses « missions » de collectage que le Ministère de l'Instruction publique lui a confiées (1863 et 1873-74 pour les îles). C'est pour Luzel l'occasion de présenter in vivo dans un véritable récit de voyage ce qu'était alors son travail de collectage, ses informateurs, leurs versions des textes collectées, bref une vision plus vivante de ce qu'était la Bretagne et les Bretons sous le Second Empire et les débuts de la IIIe République
    François-Marie Luzel est né à Plouaret dans les Côtes-d'Armor (1821-1895). A la fois poète bretonnant, folkloriste et journaliste, il finira sa carrière professionnelle comme conservateur des Archives départementales du Finistère. Il demeure un des artisans majeurs de la renaissance culturelle bretonne de par l'importance et la qualité de ses collectages.

  • La Maurienne, c'est cette vallée de la Savoie passage traditionnel de France en Italie, véritable "clé" du passage des Alpes. Bien évidemment, une telle vallée allait avoir une histoire riche et tumultueuse. Et elle le fut. En voici le cinquième tome qui nous fait vivre, de l'intérieur, la « normalisation » qui s'installe avec le Consulat puis l'Empire. Mais l'invasion autrichienne de 1814-1815 vient à nouveau créer le marasme...
    Un admirable travail mené sur les archives de la Maurienne permet de restituer, avec minutie et vivacité, l'histoire de ce pays de Savoie.
    Le chanoine Adolphe Gros (1864-1945) fut un des érudits majeurs de la Savoie et particulièrement de la Maurienne. Il fut président de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Maurienne. Son oeuvre principale et de référence est précisément cette Histoire de Maurienne en quatre tomes parue après sa mort, à partir de 1946. Elle couvre la période allant des origines à la Révolution. Le chanoine L. Gros, son neveu, se chargea de la poursuivre jusqu'à l'annexion de 1860.
    L'Histoire de Maurienne enfin rééditée permettra à tous ceux, intéressés ou passionnés, de pouvoir avoir de nouveau accès à un texte majeur devenu introuvable.

  • Cet ouvrage renoue avec la tradition littéraire des « Voyages » qui offraient aux lecteurs, à travers le tissu descriptif des paysages et des lieux, des hommes et de leur histoire, les réflexions, les rêveries et autre devisement de leur auteur. Il n'est pas toujours nécessaire d'aller au bout du monde pour découvrir et être confronté à cet ailleurs qui permet aussi d'aller jusqu'au bout de soi-même ou, si on préfère, au plus près de soi-même...
    Cette enclave de haute montagne, entre la vallée de Lescun et celle de Hecho en Aragon, est certainement une des plus belles et des plus riches culturellement de toute la chaîne pyrénéenne. C'est malheureusement aussi une des plus méconnues. Passage rapide d'un pays à l'autre, cette ancienne et principale Voie Romaine menant du Béarn à Saragosse (Caesaraugusta), fut aussi le tout premier itinéraire montagneux emprunté par les pèlerins se rendant à Compostelle. Mais le randonneur pourra y découvrir également, ancrés dans un temps bien plus lointain, le site mégalithique d'Aguas Tuertas et l'étrange nécropole néolithique la Corona de los Muertos... D'immémoriales et mystérieuses pierres funéraires que jouxtent et rejoignent dans leur quête d'éternité les sculptures contemporaines du musée de Hecho, un des plus importants musées à ciel ouvert d'Europe. Ici, en quelques heures de marche, c'est notre passé le plus ancien que retrouvent soudain les rêves et les oeuvres de notre présent.
    Un topo-guide de la randonnée de Lescun à Hecho et de Hecho à Berdún complète cet ouvrage inédit et passionnant.

  • Pour nous simple chasseur d'occasion, historien de notre pays, nous nous contenterons d'écrire, non un livre d'enseignement­ - la science nous manquerait, - mais une courte suite de récits qui donneront bien incomplètement sans doute l'idée de quelques chasses possibles dans cette partie du département de la Somme où les eaux de la mer remontent encore, où la forêt de Crécy, frissonnante aux dernières brises salées, pré­serve notre ville des vents du nord. Ce sera encore, sous une forme nouvelle, de la vraie, et j'espère cette fois, de la point trop longue histoire.
    Je dédie ces épisodes aux compagnons qui en ont été les acteurs et les témoins. Il est certain qu'en telle matière les aventures bonnes ou mauvaises ne manquent jamais et que l'on pourrait sans merveilleux effort les dérouler en Odyssée inter­minable ; je n'ai donc point trop choisi, j'ai cherché à me sou­venir ; j'ai écouté dans le silence la voix puissante des chiens, le son enlevant des trompes, le bruit calme de la mer qui roule au devant de Cayeux, qui s'aplanit sur les sables de St-Quentin, et j'ai revu devant moi le crochet des lièvres, le galop des chevreuils, la tête ronde des phoques... ».
    Ernest Prarond (1821-1909), originaire d'Abbeville, auteur prolifique, a publié de nombreux ouvrages régionalistes, en particulier : Notice sur les rues d'Abbeville, Notices historiques & topographiques sur l'arrondissement d'Abbeville et le fameux Chasses de la Somme.

  • Ce livre n'est pas une reproduction du Dictionnaire topographique de la Savoie, par J.-J. Vernier. L'ancien archiviste de notre département s'est borné à une simple nomenclature des communes et des villages, ne donnant les formes anciennes que pour les localités les plus importantes. Bien que les hameaux - moins encore que les communes rurales - n'aient pas d'histoire, nous avons pensé que ces humbles groupes d'habitations méritaient également notre attention, et nous avons reproduit leurs appellations anciennes, toutes les fois qu'il nous a été possible de les trouver. Beaucoup de villages, et même de communes, ont leurs noms étrangement déformés par le Dictionnaire de Vernier, et même par l'Annuaire départemental officiel, et ce n'a pas été la moindre de nos peines que de restituer à ces noms leur véritable physionomie.
    Ce qui distingue notre Dictionnaire des Dictionnaires topographiques départementaux rédigés sur un plan uniforme sous la direction du Ministère de l'Instruction publique, dont une trentaine seulement a paru, c'est que nous ne nous sommes pas contenté d'énumérer les noms de lieu avec leurs formes anciennes et modernes. Nous avons eu l'ambition, peut-être téméraire, de rechercher et de donner la signification de ces vocables géographiques, dont la plupart sont une énigme même pour le public lettré. Nous ne nous sommes laissé arrêter ni par les difficultés de l'entreprise ni par les moqueries dont on a l'habitude d'accabler les faiseurs d'étymologies. Nous sommes persuadés que l'étymologie, bien comprise, n'est pas un jeu d'esprit destiné à amuser les curieux, mais une étude sérieuse qui peut rendre de très grands services à l'Histoire, à la Géographie, à la Linguistique, au Folklore. Mais il n'y a pas d'étymologie plus difficile que celle des noms de lieu. Elle exige de la part de celui qui s'y livre un esprit très attentif et très perspicace, des connaissances très sûres en linguistique, en philologie, en histoire et en géographie, une méthode rigoureuse, une grande prudence, et surtout un travail obstiné qui scrute chaque nom, comme s'il était seul l'objet de son étude... (extrait de l'Introduction, éd. originale de 1935).
    Le chanoine Adolphe Gros (1864-1945), né à Saint-Martin-de-la-Porte (Savoie), fut un des érudits majeurs de la Savoie et particulièrement de la Maurienne, dont il a écrit l'histoire en 6 tomes. Il fut président de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Maurienne.
    Son Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie reste un classique irremplaçable de la toponymie, l'histoire et la géographie du département de Savoie.

  • Un ouvrage collectif pour comprendre, découvrir, mieux appréhender ce qu'est la Gascogne, - pays sans état - mais dont l'identité et l'originalité perdure depuis plus de deux millénaires.
    Au travers des contributions sur l'histoire, sur l'économie, sur la langue, sur la littérature, sur l'identité gasconnes, faites-vous une opinion, enfin débarrassée de tous les poncifs et idées reçues.
    Voilà un ouvrage de base vraiment pratique, au service d'une meilleure connaissance de la Gascogne et des Gascons.

  • Démystifier et décortiquer par le menu ce qu'ont été les pèlerinages vers Saint-Jacques-de-Compostelle.
    En particulier en Gascogne et Pays Basque où les populations locales étaient sensées profiter, voire pire, des pèlerins traversant nos contrées.
    Osmin Ricau, après avoir travaillé sur le mystère des Cagots, s'insurge - nous sommes au milieu des années 1960 - contre l'image d'Epinal, véhiculée par certains historiens, du pèlerinage de Compostelle. Il rappelle très concrètement, et avec bon sens, ce qu'il fut au travers des siècles, puis sa quasi disparition au profit des pèlerinages locaux et de proximité.
    Ecrit à une période où Compostelle ne connaissait pas le regain d'intérêt dont il bénéficie depuis la fin du XXe siècle, cet essai, à la fois historique et polémique, intéressera comme témoignage de son époque (plus d'un demi-siècle), comme réflexion et contribution non négligeable à un élan mystique - empreint de plus ou de moins de religiosité suivant les époques - qui perdure par-delà le temps.

  • La spécificité du pays flamand n'est plus à présenter aujourd'hui. Elle s'est, pour beaucoup, forgée dans une histoire complexe, au carrefour de l'Europe occidentale, et souvent assombrie par les ambitions de ses puissants voisins. Mais la vitalité et la bonne humeur flamande transcende tous ces épisodes dramatiques et donne corps à une série de contes et de légendes historiques et merveilleuses. Et l'auteur, ou plutôt « l'arrangeur » a su garder tout le talent du conteur traditionnel et permettre ainsi au lecteur flamand ou non-flamand d'apprécier ou de découvrir un pays, un peuple entreprenant et attachant toujours. Un recueil à mettre entre toutes les mains... un grand régal !

  • En 1856, Ribadieu fait paraître cet ouvrage important qu'il sous-titre : Moeurs féodales, détails biographiques, Traditions, Légendes, Notices archéologiques, Episodes de l'histoire de Bordeaux au Moyen-âge et dans les derniers siècles, Etat des domaines.
    Il est difficile d'en dire plus que l'auteur lui-même... sinon que les Châteaux de la Gironde est vraiment un des livres incontournables pour ce qui touche à l'histoire régionale en Gironde. C'est une mine indispensable d'informations, d'anecdotes historiques puisées aux meilleures sources des anciens historiens. Cette réédition, entièrement recomposée, ravira tous ceux qui s'intéressent à l'histoire régionale.
    Ce texte annonce également - et complète - le grand'oeuvre d'Henry Ribadieu : l'histoire de la conquête de la Guyenne par les Français (1866).
    Henry Ribadieu est né en 1825 à Coimères dans le Bazadais, il mène d'abord une carrière de journaliste puis devient rédacteur en chef du journal légitimiste La Guienne. Mais c'est aussi l'historien qui fera avancer l'histoire régionale en « l'autonomisant » face à la toute-puissance de l'histoire de France « officielle », une et difficilement « divisible ».

  • Le voyage aux Pyrénées fut un des grands classiques du XIXe siècle : Taine, Thiers, Hugo et bien d'autres s'y sont essayé tout au long du siècle.
    Celui entrepris par Vincent (de) Chausenque (1781-1868) est d'une toute autre trempe : un voyage pédestre de l'Atlantique à la Méditerranée qui eut, à son époque, un grand retentissement.
    La relation de ces voyages pédestres fut à l'origine de nombre de vocations pyrénéistes de la seconde moitié du XIXe siècle et annonçait la randonnée de haute-montagne du XXe siècle.
    Un ouvrage précieux d'un grand précurseur qu'il faut redécouvrir : Le livre Ier comprend : l'Introduction ; le Béarn et le Pays basque. Le livre II est entièrement dédié aux Hautes-Pyrénées. Le livre III à l'Ariège et au Roussillon (Pyr.-Orient.) ; enfin le livre IV s'attache au Comminges et aux sources de la Garonne.

  • Port-d'Albret a été, durant les quelque trois siècles durant lesquels l'Adour venait s'y jeter dans le Golfe de Gascogne, l'avant-port de Bayonne ; il était devenu le « Boucaü » (l'embouchure) de l'Adour voyageur. En effet, au début du XIVe siècle, le fleuve avait quitté le débouché de Cap-Breton pour celui du « Plecq » dans les terres des seigneurs d'Albret. D'où son nom de Port d'Albret... Sa population était alors importante et active. Mais du jour où l'Adour fut détourné par Louis de Foix (1578), le havre et la cité d'Albret s'éteignirent lentement, au bout d'un siècle et demi, sans bruit comme sans résistance possible pour devenir un nostalgique « Vieux-Boucau ».
    Bernard Saint-Jours relève le défi d'écrire une histoire de Vieux-Boucau, de l'Adour et du littoral landais au long des siècles passés.
    Un ouvrage passionnant pour connaître le passé ancien des Landes de Gascogne.
    Bernard Saint-Jours, né à Vieux-Boucau (1844-1938), capitaine des douanes, fut également un des grands spécialistes du littoral gascon, de son histoire et de sa géographie. On lui doit de nombreux ouvrages sur le sujet.

empty